S'abonner
E-commerce

Oscaro prévoit l'entrée d'un fonds d'investissement

Publié le 1 juillet 2014
Par Clotilde Chenevoy
2 min de lecture
Pour accompagner son développement, notamment à l'international, Pierre-Noël Luiggi, fondateur du site de vente de pièces en ligne, vient d'annoncer l'arrivée d'un fonds d'investissement dans son capital, d'ici la fin de l'année.
Pour accompagner son développement, notamment à l'international, Pierre-Noël Luiggi, fondateur du site de vente de pièces en ligne, vient d'annoncer l'arrivée d'un fonds d'investissement dans son capital, d'ici la fin de l'année.
Pour accompagner son développement, notamment à l'international, Pierre-Noël Luiggi, fondateur du site de vente de pièces en ligne, vient d'annoncer l'arrivée d'un fonds d'investissement dans son capital, d'ici la fin de l'année.

Le très discret patron d'Oscaro.com, Pierre-Noël Luiggi, est sorti de sa réserve en intervenant chez nos confrères de 7PM. Le dirigeant a ainsi annoncé un chiffre d'affaires de 250 millions d'euros HT pour 2013, prévoyant même 300 millions d'euros HT pour l'année en cours. Côté rentabilité, il assure que dès 2005, le site gagnait de l'argent, et que son taux de retour n'excède pas 4%.

Des chiffres difficiles à vérifier, et qui avaient d'ailleurs suscité une vive polémique quant à l'attribution d'un crédit impôt recherche, qui permettrait au site de "perfuser" son bilan... A ce sujet, Pierre-Noël Luiggi a tenu à rappeler que son entreprise vend certes des pièces, mais développe également ses propres outils informatiques, ce qui justifierait cette aide. En effet, Oscaro.com dispose d'une armada d'ingénieurs et de développeurs pour améliorer sans cesse son catalogue électronique, ou encore l'ergonomie du site. "Il existe 70 000 véhicules différents qui roulent en France, et nous gérons chaque jour plus de 100 millions de croisements de références, explique Pierre-Noël Luiggi. Notre catalogue électronique reste une technologie française unique au monde. Nous sommes sur la même logique qu'Amazon. "

Côté développement, Oscaro.com a créé un bureau aux Etats-Unis, qui compte 20 personnes. Il permet à l'entreprise de tester de nouvelles solutions outre-Atlantique, avant de les exporter en Europe.

Sur le vieux continent, le spécialiste de la pièce en ligne annonce également des velléités de développement, particulièrement dans les pays du Nord (Allemagne, Autriche, Benelux, entre autres). Pour l'heure, ces pays restent desservis par la plate-forme logistique de Gennevilliers, qui gère 450 000 références.

Pour accompagner tous ces développements, Pierre-Noël Luiggi a déclaré "qu'à 50 ans, il était peut-être temps de se marier, mais il est important de se connaître avant." L'opération devrait prendre forme dans les mois qui viennent, sous la forme d'une entrée au capital d'un investisseur important, un fonds d'investissements qu'il n'a pas souhaité révéler.

A plus court terme, dès la rentrée prochaine, Oscaro prendra la parole afin de rappeler que la notion de pièce d'origine constructeur n'existe pas, et que ce sont les équipementiers qui fabriquent. "Encore beaucoup de gens pensent que les pièces dans une boîte Valeo constituent des contrefaçons, justifie Pierre-Noël Luiggi. Nous prendrons la parole pour dénoncer les pratiques des constructeurs, qui vendent 69 euros une plaquette de freins qui coûte en fait pas plus 3 euros à produire. Ce n'est pas normal de faire 30% de profit avec une activité qui ne représente que 10% du chiffre d'affaires."

Partager :

Sur le même sujet

cross-circle