S'abonner
Distribution

VHU : la France mène la danse en Europe, mais doit préparer l’avenir

Publié le 15 décembre 2021
Par Florent Le Marquis
3 min de lecture
Le nombre de VHU pris en charge par les centres de déconstruction a encore augmenté en France, en 2019, selon l’Ademe. Le pays, leader en Europe dans ce domaine, devra s’adapter à la fin de vie des véhicules électriques.
1 623 522 véhicules pris en charge en 2019 par les centres VHU agréés en France.
1 623 522 véhicules pris en charge en 2019 par les centres VHU agréés en France.

+3,3 %. C’est la hausse du nombre de véhicules pris en charge en France dans les centres VHU agréés entre 2018 et 2019, soit 1,62 million d'unités au total. Ces chiffres sont issus du récent rapport "Automobiles" de l’Ademe, dressant un état des lieux de la filière VHU dans l'Hexagone. Le nombre de VHU recyclés continue d’augmenter, donc, mais cette progression est moins spectaculaire que celle enregistrée en 2018 : +38 % par rapport à 2017 (de 1,13 million à 1,57 million véhicules).

Une hausse plus contenue que l'Ademe justifie par le mécanisme des primes à la conversion. En effet, si 18 % de primes à la conversion supplémentaires ont été versées en 2019 par rapport à 2018, l'Agence de la transition écologique suppose que celles-ci ne se répercutent pas sur les chiffres de 2019 car elles correspondent à des VHU envoyés en destruction en 2018.

Les véhicules recyclés en 2019 sont majoritairement issus de particuliers (43,6 %), puis des concessionnaires et professionnels des réseaux des constructeurs (16,3 %), des compagnies et mutuelles d’assurance (14 %) et des garages indépendants (13,7 %).

Objectifs atteints pour les taux de réutilisation

Le rapport de l’Ademe revient également sur les données de l’année précédente, 2018, en les comparant aux chiffres européens d’Eurostat : avec ses plus d’1,5 million de VHU pris en charge, la France occupait alors la première place sur le continent, devant le Royaume-Uni (1,39 million) et l’Italie (1,03 million).

En revanche, l’Hexagone ne se classe pas en tête du continent sur les taux de réutilisation et de recyclage. 13 pays sont au-dessus dans ce classement. Mais plus des trois quarts des centres français (76,7 %) atteignent néanmoins l’objectif du code de l’environnement, fixé à 85 % minimum de la masse moyenne des véhicules. Ils sont à peine moins (74,2 %) à se hisser au taux souhaité de réutilisation et de valorisation, qui est lui de 95 %.

Selon Laurent Assis-Arantes, co-fondateur d'Opisto, il faut également souligner l'augmentation du nombre de pièces de réemploi collectées sur chaque VHU, pour répondre notamment aux besoins grandissants de la filière : "L’afflux important de VHU pris en charge, avec une hausse de plus de 42% depuis 2017, contraint les centres VHU à s’adapter continuellement. On constate d’ailleurs une hausse très raisonnable du nombre de pièces démontées par véhicule, directement lié à ce volume massif de véhicule hors d’usage sur l’année 2019. La tendance est aujourd’hui sur une accélération du démontage des pièces, notamment pour répondre à la demande croissante en pièces de réemploi. Nous avons d'ailleurs constaté qu'en 2020, près de 9 millions de pièces ont été informatisées sur nos plateformes contre 2,5 millions en 2015".

Se préparer à la fin de vie des véhicules hybrides et électriques

Le prochain rapport de l’Ademe concernera 2020. En cette année particulière, l’organisme prévoit que les chiffres seront impactés par les périodes de confinement (ralentissement de l’activité des entreprises concernées et baisse du nombre d’accidents de la route). Outre la crise sanitaire, les centres VHU ont un défi de taille à surmonter pour les années à venir : appréhender la fin de vie des véhicules hybrides et électriques. En 2019, 400 VE ont été pris en charge par les centres agréés.

Dans ce rapport, Patrick Poincelet, président de la branche des recycleurs du CNPA, regrette le manque de formation sur ce sujet, notamment sur la composition matière de ces véhicules et sur les marchés du réemploi pour les batteries. Le CNPA a lancé en 2021 un groupe de travail pour améliorer la gestion de la fin de vie des véhicules hybrides et électriques.
Retrouvez ici l’intégralité du rapport de l’Ademe : Automobiles – Données 2019.

Partager :

Sur le même sujet

cross-circle