S'abonner
Réseaux

A+Glass : 25 ans, l’âge de raison

Publié le 6 septembre 2017
Par Mohamed Aredjal
2 min de lecture
Malgré un marché en déclin et une rude concurrence, le réseau de réparation de vitrages A+Glass tient le cap et enregistre un volume d’activité en hausse cette année. Des résultats encourageants qui ont permis à l’enseigne de fêter, comme il se doit, son 25e anniversaire.
Pierre Perez entouré de ses deux filles, Marie-Pierre Tanugi de Jongh et Nelly Perez.

Créé en 1992, quelques années seulement après le lancement de Carglass dans l’Hexagone, le réseau A+ Glass fête cette année son 25ème anniversaire. L’occasion pour son charismatique fondateur, Pierre Perez, de revenir sur les temps forts de l’enseigne qui s’est imposée, au fil des années, comme l’un des leaders en France de la réparation et de remplacement de vitrages automobiles. Quelques chiffres aident à mesurer le chemin parcouru : A+Glass, c’est aujourd’hui 504 ateliers, 1542 professionnels sur le terrain, 199 unités de pose mobile, 74 accords avec les apporteurs d’affaires et un CA de 94 millions d’euros.

Un taux de réparation toujours en baisse…

Une véritable réussite pour la société toulousaine qui ne compte pas s’arrêter en si bon chemin. Dans un marché en demi-teinte, en baisse de 8% à 12%, le réseau a vu son volume d’affaires bondir de 5,25% cette année. Le nombre de dossiers traités a, quant à lui, progressé de 4%. A+Glass doit cette dynamique à deux facteurs : l’extension de son maillage, qui ne comptait que 450 adhérents l’an dernier, ainsi que la hausse du coût moyen d’intervention, passé de 264 à 270 euros HT. Une légère inflation due à la nouvelle baisse du taux de réparation à 19,4% contre 20% l’an dernier.

"Ce taux recule parce que les clients attendent de plus en plus avant de faire réparer leur impact, craignant qu’il soit comptabilisé comme un sinistre par leur assurance. Résultat : nous voyons de plus en plus de véhicules dans nos centres avec 5 à 6 impacts sur le pare-brise. Il n’est alors plus possible de le réparer et nous sommes contraints de le remplacer" explique Pierre Perez.

A+Glass prépare demain

Pour accompagner la croissance de ses centres et assurer leur pérennité à long terme, la direction de l’enseigne a prévu ces prochains mois de renforcer son infrastructure informatique avec un nouveau système de facturation et de gestion de sinistres. Cet outil, dont le développement a été conçu par le groupe Lacour, permettra notamment une automatisation des tâches administratives ainsi qu’un meilleur suivi statistique des centres. Ces derniers pourront aussi, à chaque facture, mesurer leur taux de performance et suivre leur niveau de rentabilité en temps réel.  

En parallèle, A+Glass veut également assurer son avenir en anticipant les besoins de sa nouvelle génération de clients. C’est dans cette perspective qu’une cellule de prospective vient d’émerger au sein de la centrale. Cette équipe intégrera de jeunes consommateurs afin que l’enseigne puisse appréhender au mieux leurs attentes et adapter ainsi son offre. Une approche déjà adoptée par A+Glass sur Internet où le service de rendez-vous en ligne connaît un certain succès.

A Paris, où la concurrence fait rage, le réseau a également su s’adapter aux besoins de ses clients avec un service de parking gratuit proposé depuis cet été. Cette prestation, réservée aux ateliers situés à proximité des centres commerciaux (Beaugrenelle, Italie 2, etc.), doit permettre aux automobilistes de faire réparer leur véhicule pendant leurs achats ou de se détendre pendant la durée de l'intervention.

Partager :

Sur le même sujet

cross-circle