S'abonner
Réseaux

Automobile : la franchise démontre sa résilience

Publié le 14 mars 2022
Par Nicolas Girault
4 min de lecture
Les réseaux de franchisés retrouvent leur rythme d’avant-crise selon la 18e enquête annuelle de la Fédération française de la franchise (FFF)/ Banque Populaire. Dans l’automobile, malgré quelques difficultés, ce modèle entrepreneurial reste plébiscité.
En 2021, une franchise comme Midas affirme avoir dépassé ses résultats 2019, tant en matière de chiffre d’affaires, que de développement de son réseau et de ses performances en termes de qualité.
En 2021, une franchise comme Midas affirme avoir dépassé ses résultats 2019, tant en matière de chiffre d’affaires, que de développement de son réseau et de ses performances en termes de qualité.

"2021 aura été l’année de la relance et du rebond", annonce Véronique Discours-Buhot, déléguée générale de la FFF, à la présentation de la dernière enquête annuelle de la franchise. Globalement, ce modèle d’entreprise retrouve son niveau d’avant-crise selon l'étude. Les enseignes ont fait preuve d’une plus grande résilience que les commerçants indépendants lors de la crise. En effet, 70 % des franchisés estiment avoir mieux résisté à la crise sanitaire que les commerçants isolés. A quelques jours de la prochaine édition du salon Franchise Expo (du 21 au 23 mars prochain), la FFF souligne que ce modèle entrepreneurial apparait particulièrement rassurant et attractif dans le contexte actuel.

Automobile : un maillage en recul

La 18e enquête de la FFF/ Banque Populaire dévoile une remontée de la performance des franchises, dépassant celle de 2019. Avec un chiffre d’affaires global de 68,8 milliards d’euros – un milliard de plus qu’avant-crise – ces réseaux progressent nettement de 7,7 % par rapport à 2020, mais surtout de 1,2 % par rapport à 2019. Tandis qu’ils alignent 79 134 points de vente (contre 78 218 en 2019). Seul le nombre d’enseignes ne revient pas encore au niveau d’avant crise, mais repart tout de même avec 1 965 réseaux – presque le niveau de 2017 et +2% par rapport à 2020.

Les services de l'automobile restent à la troisième place pour le nombre de points de ventes...

Les services de l'automobile restent à la troisième place pour le nombre de points de vente...

De leur côté, les 80 franchises des services automobile ont réalisé 3,015 milliards d’euros de chiffre d’affaires (se rapprochant des 3,18 milliards de 2019). Leurs 8 607 points de vente représentent un dixième des enseignes (contre 9 110 avant-crise). Toutefois, ce maillage accuse un recul de 8,6 % par rapport à l'année précédente. "L’automobile subit un petit creux. Car, il y a des secteurs qui souffrent encore", commente Véronique Discours-Buhot. Mais attention ! Les réseaux de l'automobile sont loin d’être les plus touchés, en comparaison avec la disparition d’enseignes dans les secteurs de l’alimentaire (-9 %), la restauration rapide (-8 %) et les services aux personnes (-8 %), par rapport à 2019. Si certaines enseignes récentes sont à la peine, les plus connues renouent même avec leur bon niveau de 2019.

Pertes limitées

"Les franchisés de l’automobile s’en sont mieux sortis que d’autres – comme les salles de sport, par exemple – car ils ont pu rester ouverts. Leurs équipes ont été très réactives en mettant en place de nombreux outils sur les réseaux sociaux et la vente en ligne", observe Souad Zerroug. La directrice des ventes de Franchise Expo indique avoir vu "des franchises se réinventer". "Beaucoup ont déployé le service à domicile : lavage, réparation de vitrage, etc. Ils ont su prendre des initiatives et je pense que les bonnes pratiques resteront", ajoute-elle.

...Mais les franchises auto n'apparaissent toujours pas dans le top 5 des chiffres d'affaires (elles étaient en sixième position en 2019).

... Mais elles n'apparaissent toujours pas dans le top 5 des chiffres d'affaires (elles étaient en sixième position en 2019).

Speedy n’a par exemple connu "que" deux défaillances dû à la crise. La filiale de Bridgestone a achevé l’année avec une croissance de 14 % par rapport à 2020. Des enseignes comme Midas, First Stop/Côté Route, Best Drive, Vulco et Siligom connaissent la même dynamique de redémarrage… Il faut rappeler que ces dernières ont fortement soutenu leurs adhérents tout au long de la crise sanitaire. Trésorerie, informations, conseils et approvisionnement : elles leur ont fourni un niveau d’accompagnement inaccessible aux commerçants indépendants. Conséquence : plus de huit franchisés sur dix se déclarent confiants dans l’avenir et désireux de rester sous leur enseigne. 90 % d’entre eux recommandent même ce modèle d’entreprise.

Digitalisation et écoresponsabilité

"Face à la crise, le modèle de la franchise prouve une nouvelle fois sa solidité et son attractivité. Ses acteurs ont su s’adapter en développant le digital comme levier de croissance pour leur activité", affirme Bertrand Magnin, directeur du développement Banque Populaire. "La crise a aussi confirmé que les commerçants de demain seront ceux de l’omni-canalité, capables de jouer la complémentarité entre leurs points de vente physiques et le web", complète Véronique Discours-Buhot.

Le franchisé moyen a rajeuni de deux ans entre 2021 et 2019... Mais il s'est aussi masculinisé, les franchisées étant passées de 40 à 24 % sur la même période.

Le franchisé moyen a rajeuni de deux ans entre 2021 et 2019... Mais il s'est aussi masculinisé, les franchisées étant passées de 40 à 24 % sur la même période.

L’enquête annuelle observe effectivement qu’ils tirent des leçons de leur expérience de ces deux dernières années. Parallèlement à leurs efforts digitaux, les enseignes renouent avec la croissance en actionnant le levier de l’écoresponsabilité. Car trois quarts de leurs membres perçoivent une attente de leurs clients dans ce domaine.

En conséquence, 71 % de leurs franchiseurs proposent déjà ce type d’offre. Cette dynamique fait dire à Véronique Discours-Buhot que " la franchise est un modèle d’entrepreneuriat moderne, dans l’air du temps et surtout, performant ! Elle prouve chaque jour qu’elle est un vrai moteur économique, social et sociétal". Ce modèle reste aussi particulièrement rassurant pour les banques (Banque Populaire en tête), qui financent le développement de ces réseaux.

La franchise en quelques chiffres

Parmi les 23 % de Français désireux de créer leur entreprise 43 % envisagent la franchise.

Du côté des franchisés :

  • 36 ans : âge moyen à l’ouverture du premier point de vente (alors que la moyenne d’âge des franchisés est 46 ans).
  • 76 % des franchisés étaient salariés avant d’ouvrir leur enseigne.
  • 50 % d’entre eux ont changé de secteur par rapport à leur activité précédente.
  • 30 jours : durée moyenne de leur formation initiale.

 

Du côté des franchiseurs :

  • 93 % des franchiseurs ont ouverts au moins un point de vente l’an dernier.
  • 12 nouveaux points de ventes en moyenne ont été lancé dans les 12 derniers mois.
  • 84 % des franchiseurs proposent une formation au personnel des franchisés.
  • 33 % des points de ventes sont ouverts dans des villes de plus de 100 000 habitants.
  • 60 % des franchiseurs favorisent le parrainage des nouveaux adhérents par des franchisés déjà installés.
Partager :

Sur le même sujet

cross-circle