S'abonner
Contrôle technique

Pour un accès simplifié à la profession de contrôleur technique

Publié le 28 mai 2021
Par Ambre Delage
2 min de lecture
Auto Sécurité et Sécuritest militent pour faciliter l'accès à la profession de contrôleur technique. Les deux enseignes du groupe SGS plaident en faveur de la mise en place d’une plateforme digitale d’évaluation des compétences auprès des instances gouvernementales.
Auto Sécurité et Sécuritest veulent déverrouiller l'accès à l'emploi dans la filière contrôle technique.
Auto Sécurité et Sécuritest veulent déverrouiller l'accès à l'emploi dans la filière contrôle technique.

En France, 200 postes de contrôleurs techniques sont ouverts en permanence dans les réseaux Auto Sécurité et Sécuritest (groupe SGS) pour maintenir les effectifs de 4 000 contrôleurs. Or, malgré tous les efforts fournis par les deux enseignes (mise en place d'un site didactique sur le métier : moncontroleur.com, campagne de sensibilisation dans les écoles, etc.), rien n’y fait, ce chiffre, depuis 2 ans, reste stable.

En cause : une véritable problématique de recrutement liée au durcissement des critères d’entrée dans la profession depuis 2018. En effet, depuis la dernière réforme du contrôle technique, un CAP, un BEP ou une expérience qualifiante dans le secteur ne sont plus suffisants pour devenir opérateur. Désormais, seul le détenteur, a minima, d’un Bac pro provenant exclusivement de la spécialité mécanique, complété d’une formation de 400 heures, peut prétendre à la profession.

Conséquence, d’après les dirigeants d'Auto Sécurité et Securitest : "D'un seul coup, le vivier de candidats s'est significativement restreint du fait de l'augmentation du niveau de diplôme requis, alors que, dans le même temps, nous arrivons au renouvellement d'un bon nombre de contrôleurs techniques suite à des départs en retraite".

Favoriser la voie de l’expérience et pas seulement celle du diplôme

Pour remédier à cette érosion de la profession, les présidents des deux réseaux du groupe SGS lancent un appel à Élisabeth Borne, ministre du Travail, afin que soit mise en place une plateforme digitale co-construite avec les principaux acteurs du marché et l’État. Son but : pouvoir évaluer les connaissances des candidats à la profession par une série de tests en ligne et leur permettre d’accéder ainsi à la formation de contrôleur technique en mettant en avant la voie de l’expérience et non plus seulement celle du diplôme.

"Au sein de notre groupe SGS France, nous avons toutes les compétences métiers pour modéliser une évaluation des connaissances au poste de contrôleur technique et nous maîtrisons les process pour faire passer des examens officiels. Mais nous pensons que ce projet doit être mutualisé avec les autres acteurs principaux du marché, sous couvert de l'État. Nous sommes prêts à y allouer les moyens nécessaires", concluent les présidents.

Partager :

Sur le même sujet

cross-circle