S'abonner
Pneumaticiens

Point S : les dimanches sont et restent chômés

Publié le 15 novembre 2012
Par Axel Abadie
< 1 min de lecture
Le directeur général de Point S, Christophe Rollet, réaffirme son opposition à l'ouverture dominicale de ses centres, préférant un éventuel aménagement des horaires en semaine.
Le directeur général de Point S, Christophe Rollet, réaffirme son opposition à l'ouverture dominicale de ses centres, préférant un éventuel aménagement des horaires en semaine.
Le directeur général de Point S, Christophe Rollet, réaffirme son opposition à l'ouverture dominicale de ses centres, préférant un éventuel aménagement des horaires en semaine.

La brèche a été rouverte fin octobre, suite à la condamnation de Bricorama pour avoir ouvert des magasins le dimanche, sans les autorisations nécessaires. Christophe Rollet, directeur général de Point S, réaffirme que ce n'est pas à l'ordre du jour pour son enseigne. Il n'y voit "aucun bénéfice, les commerces préférant faire tourner leurs effectifs existants".

En 2009 déjà, au moment de la loi Mallié réglementant le travail dominical, il expliquait la particularité des centres Point S, incompatibles avec une telle mesure : "Dans les sites employant un petit nombre de salariés, nombreux dans le réseau, le volontariat sera difficile à mettre en place. La qualité de travail risque d'en souffrir, les salariés ayant besoin de repos pour être efficaces."

Il dénonce un texte qui aboutit à des disparités énormes, "générant des situations de concurrence déloyale complexes". Son alternative : "Proposer des horaires décalés pendant la semaine, par exemple en fermant plus tard certains jours." Pour rappel, un magasin en infraction est sous le coup d'une amende de 1 500 euros par salarié.

Partager :

Sur le même sujet

cross-circle