S'abonner
Carrosserie

L’ANEA ne comprend pas

Publié le 20 novembre 2014
Par Romain Baly
< 1 min de lecture
L’organe de représentation des experts se dit surpris de la décision des deux fédérations d’autant plus qu’il semblait lui aussi d’accord pour réétudier le problème.
L’organe de représentation des experts se dit surpris de la décision des deux fédérations d’autant plus qu’il semblait lui aussi d’accord pour réétudier le problème.
L’organe de représentation des experts se dit surpris de la décision des deux fédérations d’autant plus qu’il semblait lui aussi d’accord pour réétudier le problème.

En discussion depuis plusieurs mois avec le CNPA, la F.N.AA et la FFC Réparateurs pour redéfinir la “Charte de bonnes pratiques – Experts en Automobile/Réparateurs”, l’Alliance Nationale des Experts en Automobile (ANEA) a donc vu les deux derniers cités quitter précipitamment la table des négociations. “Nous sommes dans l’incompréhension totale, avoue Lionel Namin, secrétaire général de l’ANEA. Alors que nous terminions de rédiger la troisième version de la Charte, la F.N.AA et la FFC ont manifesté leur intérêt pour en créer une quatrième qui redéfinirait plus précisément le rôle économique de l’expert. Chose que nous étions prêts à faire à la seule condition de terminer auparavant le travail entamé.” Revêtant une importance majeure dans le contexte actuel, la rédaction de ce texte se poursuit avec uniquement le CNPA, même si rien ne semble figé à en croire Lionel Namin : “En l’état, nous laissons la porte ouverte pour un retour de la F.N.AA et de la FFC, même s’il est vrai que les relations sont aujourd’hui rompues”. Avouant à demi-mot que les dérives dénoncées sont bien réelles, le secrétaire général souhaiterait “qu’on respecte davantage l’expert dont la fonction, bien que primordiale, s’avère de plus en plus difficile”. A qui la faute ?
 

Partager :

Sur le même sujet

cross-circle