S'abonner
Carrosserie

Les carrossiers AD ont limité la casse en 2020

Publié le 7 décembre 2020
Par Elodie Fereyre
2 min de lecture
A l’heure du bilan annuel, Stéphane Montagne, responsable national de l’activité carrosserie chez Autodistribution, se veut optimiste. Même si le flou subsiste sur les résultats de décembre, le rebond d’activité après le premier confinement a permis de limiter les pertes.
Les carrossiers du réseau AD ont limité leurs pertes grâce à un rebond d'activité entre juin et septembre 2020.
Les carrossiers du réseau AD ont limité leurs pertes grâce à un rebond d'activité entre juin et septembre 2020.

Comment les carrossiers du réseau AD Carrosserie ont-ils vécu cette année 2020 ? A en croire Stéphane Montagne, responsable de l’activité chez Autodistribution, les 738 adhérents du réseau ont réussi à tirer leur épingle du jeu malgré un contexte défavorable. Après un début d’année très dynamique, le premier confinement a bien évidemment marqué un coup d’arrêt brutal pour les professionnels, avec un taux de sinistralité en chute de 80 %.

Un rebond d’activité bienvenu !

Cependant, la reprise a été bien meilleure qu’attendue. "A l’issue du premier confinement, nos réparateurs ont bénéficié de ce stock tampon de plusieurs semaines de rdv (2 à 3 semaines) pour la reprise qui s’est donc déroulée assez sereinement en mai", analyse-t-il. Les mois de juin à septembre 2020 ont également été très bons.

Pour vous donner un indicateur concret, sur une année classique, nos accords-cadres représentent environ 180 millions d’euros d’apports de véhicules vers nos carrossiers ; et en octobre, nous étions à moins 10 %, ce qui était plutôt encourageant pour la période !", poursuit le responsable du réseau.

A ce moment de l’année, le réseau imagine que l’atterrissage de ses carrossiers se situera donc autour de -15 à -20 %. C’était sans compter le deuxième confinement, qui débute le 30 octobre 2020. Même si la chute de la sinistralité est moins marquée (entre -20 % et -30 %), les pertes sont tout de même au rendez-vous. "Nous imaginons l’impact entre -5 et -10 % en novembre, et en décembre, il est encore trop tôt pour le dire, mais nous pensons qu’il peut se situer autour de moins 20 %", détaille-t-il.

Diversification et communication s’imposent

En dépit de cette année singulière, l’optimisme reste de mise pour le réseau AD Carrosserie comme aime à le rappeler Stéphane Montagne : "Il ressort toujours du positif d’une crise, par exemple, cela nous a amené, en tant que tête de réseau, à repenser notre stratégie, notamment de communication envers nos adhérents. Les chefs d’entreprise ont aussi pris du recul sur leurs affaires et mis en place des actions correctives".

Autant de raisons qui poussent le réseau à se tourner vers l’avenir avec, au programme, un accompagnement toujours aussi proche de ses adhérents et un travail de fond au niveau de la filière pour la revalorisation du taux de main d’œuvre.

"Notre objectif est avant tout d’aider les entreprises du réseau à se structurer, à être en parfait accord avec les besoins du marché. Nous allons continuer le travail de fond initié depuis 2014, en apportant des concepts et des solutions et en proposant des axes de diversification à nos enseignes car une chose est sûre : le comportement du chiffre d’affaires est meilleur pour les entreprises qui sont multiactivité. C’est notamment la raison pour laquelle nous avons intégré Glas Auto Service. Enfin, l’autre axe prioritaire reste la communication : en développant notre notoriété et en devenons un réseau incontournable, nous amènerons du flux chez nos carrossiers", conclut-il.

Partager :

Sur le même sujet

cross-circle