S'abonner
Non classé

Assistance : I-dep’ Mobile, une appli pour les dépanneurs

Publié le 10 mai 2012
Par Clotilde Chenevoy
< 1 min de lecture
Europ Assistance lance sur iPhone une version mobile de son outil de e-dépannage auto, baptisé i-dep’, facilitant et accélérant le dépannage des clients automobilistes.
Europ Assistance lance sur iPhone une version mobile de son outil de e-dépannage auto, baptisé i-dep’, facilitant et accélérant le dépannage des clients automobilistes.
Europ Assistance lance sur iPhone une version mobile de son outil de e-dépannage auto, baptisé i-dep’, facilitant et accélérant le dépannage des clients automobilistes.

Déjà éprouvée sur les ordinateurs, la plate-forme extranet i-dep’ devient mobile. Concrètement, depuis son téléphone, le dépanneur accède aux informations utiles à sa mission (lieu du véhicule, nature de l’intervention…), grâce aux données de géolocalisation. Il peut aussi dispatcher les missions envoyées par Europ Assistance, directement sur tous les téléphones mobiles de la flotte. Par ailleurs, le compte rendu de la mission s’effectue de façon automatique via l’application, au fur et à mesure de son avancement. Pratique, le système n’est pas dépendant du réseau une fois que la mission a été acceptée. L’application mémorise les données. Téléchargeable gratuitement sur l’Apple Store, l’application sera déployée auprès de l’ensemble du réseau de dépanneurs d’ici fin 2011 et étendue aux autres plates-formes mobiles (Android, Blackberry…).

-------------
EN BREF

Assisteurs et dépanneurs dialoguent

Après 4 ans de confrontation, les dépanneurs ont rencontré leurs apporteurs d’affaires, les sociétés d’assistance, à l’initiative de la FNAA, Fédération nationale des artisans de l’automobile. Face à des demandes croissantes sur les conditions de prise en charge des véhicules et sur les tarifications des interventions, les dépanneurs, après des actions ponctuelles comme dans les Alpes (FNAA 74 et 73 en février dernier), ont pu aborder leurs revendications et mettre en avant les conditions de travail, l’évolution du dépannage de véhicules de plus en plus complexes et des conditions de sécurité en baisse. Une réunion est déjà programmée en juin pour reprendre les 20 points à éclaircir entre les 9 assisteurs, leur syndicat SNSA (Syndicat national des sociétés d’assistance) et les représentants des dépanneurs.

Partager :

Sur le même sujet

cross-circle