S'abonner
Non classé

Congrès Five Star : pour aller plus loin

Publié le 17 août 2015
Par Romain Baly
5 min de lecture
Réunis cette année en Corse, les adhérents du réseau ont pris connaissance de plusieurs innovations parmi lesquelles l’arrivée comme partenaire de Gras Savoye, le référencement de Volkswagen et Ford ou encore le lancement de services complémentaires.
A Cargèse, 171 des 380 adhérents avaient répondu à l’invitation de leur réseau.
A Cargèse, 171 des 380 adhérents avaient répondu à l’invitation de leur réseau.

Après avoir pris de la hauteur l’an dernier du côté de Valmorel (Savoie), les adhérents Five Star ont, cette fois-ci, pu goûter aux charmes, à la chaleur et au soleil de l’Ile de Beauté en se retrouvant du 11 au 13 juin dernier du côté de Cargèse pour le 23e congrès annuel de leur réseau. Près de la plage de Chiuni, 171 carrossiers des 380 membres ont ainsi répondu favorablement à l’invitation d’Alain Bessin, président du GIE, pour un événement riche en annonces. En guise de préambule, ce dernier n’a pas dérogé à la règle en s’astreignant au bilan de l’exercice écoulé et s’est félicité des 446 millions d’euros de chiffre d’affaires dégagés en 2014, un chiffre en progression de 2 % sur un an, censé traduire la bonne santé du réseau. Rapporté au réseau, le profil type d’un adhérent se situe à présent aux alentours de 850 000 euros de CA pour un effectif constitué de 7 personnes. Dans la même veine, l’intervention de Jean-Luc Chassenay, responsable de Score Conseils, a apporté un autre éclairage de la situation. “Five Star se porte bien”, estime ce dernier, avançant le fait que “le réseau a les moyens d’investir puisque nous avons comptabilisé 68 millions d’euros de capitaux pour 19 millions d’euros d’emprunts”. Au travers de l’indice Score (prenant en compte les résultats, le patrimoine et les réserves de fonds de chaque affaire), celui-ci souligne par ailleurs que la moitié des adhérents se trouvent dans la tranche de notation la plus positive avec un résultat de 15/20. Le triptyque “plus fort, plus haut, plus loin” lancé deux ans plus tôt dans le cadre du plan P3+ semble donc prendre un sens au vu de ces résultats.

Soutenir les carrossiers

Et pour ceux ne présentant pas la même réussite, Five Star propose depuis plusieurs mois les services de la société WIS. “Avoir du travail dans l’atelier est une bonne chose, mais gagner de l’argent en est une bien meilleure, d’où l’importance de savoir gérer ses affaires”, a rappelé Alain Bessin. Dans un contexte économique toujours tendu, WIS propose donc de réaliser un audit complet de la situation moyennant un investissement de 3 000 euros, auquel s’ajoutent entre 400 et 500 euros de frais mensuels pour la mise en place des mesures correctives et du suivi. Des dépenses élevées pour des sociétés en souffrance, qu’il convient toutefois “d’appréhender comme un investissement, pour Jean-Pierre Wattel, dirigeant de WIS. Gage à nous d’offrir au carrossier un retour sur investissement rapide, davantage même que dans une entreprise qui fonctionne bien”. Et le résultat semble porter ses fruits, à en croire le témoignage d’un professionnel qui estime avoir “amorti en six mois” ses dépenses initiales, confiant par ailleurs enregistrer “des résultats totalement positifs” depuis cette intervention. Reste qu’une fois les soucis dépassés, il convient à chaque chef d’entreprise de maintenir la dynamique avec un niveau d’exigence toujours plus élevé. Pour les y aider, le réseau joue encore un rôle prépondérant, notamment dans l’apport en affaires qu’il offre via de nouveaux partenaires.

L’innovant Easy Back

Après AON France en 2014, ce dernier a annoncé que le groupe Gras Savoye – premier courtier en assurances – et ses 500 000 véhicules en parc le rejoignaient. Près de 150 réparateurs se sont rendus disponibles pour ce nouveau partenaire mais, étant donné le potentiel de ce dernier, Five Star souhaite voir ce chiffre grossir. Autre innovation majeure avec le lancement du service Easy Back. Face aux coûts élevés générés par les restitutions de véhicules de location moyenne et longue durées, Alain Bessin explique avoir entrevu un nouveau marché pour ses membres avec l’idée de les placer à mi-chemin entre le gestionnaire de parc et le gestionnaire de flotte. Depuis près de trois ans, le concept a été testé dans un garage pilote de Saint-Etienne. Jérôme Lafont, son initiateur, développe ce service : “Le concept d’Easy Back consiste à réaliser l’audit d’un parc, de préconiser certaines opérations avant restitution et de remettre en état les véhicules dans des garages Five Star.” Sur un marché de la LOA de plus d’un million de véhicules, cela représente donc un gâteau d’environ 40 millions d’euros à se partager. “On parle ici de « bobologie » avec un panier moyen entre 700 et 1 000 euros, rien de phénoménal en soi, note Jérôme Lafont. En revanche, le nombre de véhicules potentiels s’avère très important et permet d’envisager des entrées ateliers récurrentes et presque anticipables.” Géré et centralisé par la tête de réseau, ce service sera mis en place dans le courant du second semestre avec la volonté de voir tous ses membres y adhérer.

Drivy arrive dans les carrosseries

En marge d’Easy Back, ces derniers pourront également profiter d’une nouvelle opportunité de diversification grâce au partenariat signé entre Five Star et Drivy. Déjà présent dans les Bosch Car Service, le spécialiste de la location de voiture entre particuliers se rend à présent disponible pour tous les adhérents. “Dans la plupart de vos affaires, des véhicules restent en sommeil”, souligne ainsi Alain Bessin. Grâce à ce partenariat, chaque garage pourra ainsi s’inscrire sur le site de Drivy et mettre ses véhicules à disposition des 500 000 utilisateurs du pure player. Son directeur des opérations, Kieran Connolly, précise par ailleurs “qu’il n’y a pas d’obligation de disponibilité. Le planning de location et le nombre de véhicules mis à disposition restent à la convenance du carrossier” alors que celui-ci profite automatiquement du contrat d’assurance souscrit par Drivy auprès d’Allianz, couvrant dommages et accidents. Si le site se rémunère à hauteur de 30 % sur chaque réservation, les revenus pour chaque garage s’avèrent non négligeables. Kieran Connolly estime ainsi qu’un véhicule loué pendant trois jours pourra rapporter une centaine d’euros à la société.

Les constructeurs dans le viseur

En marge de cette annonce, le président de Five Star est également revenu sur la centrale de référencement lancée voilà un an dans le but de récompenser la fidélité des carrossiers envers telle ou telle entreprise. Devenue “un axe majeur de notre stratégie”, cette dernière semble avoir atteint son objectif, aux dires d’Alain Bessin, qui rappelle à cette occasion que Cromax, première marque référencée, avait ainsi redistribué 2 % du montant des achats en peinture à 85 % du réseau ayant joué le jeu. Avec 2 500 entrées ateliers dénombrées en 2014, un carrossier de Limoges explique avoir gagné près de 2 000 euros grâce à la centrale. Au niveau rechange, le réseau s’est félicité d’accueillir cette année deux nouveaux constructeurs à ses côtés. Après Nissan, qui avait ouvert la voie en 2014, c’est au tour de Volkswagen Group France et de Ford de s’associer à Five Star pour permettre à ses adhérents de profiter de remises préférentielles, mais aussi de services complémentaires. “Ces partenariats s’avèrent très valorisants pour nous, explique l’un d’entre eux. Cela crée une plus grande proximité avec les concessionnaires, et nous permet de gagner du temps pour obtenir la bonne pièce.” Confiant que d’autres accords de ce type étaient en cours de finalisation, Alain Bessin a aussi fait le vœu de convaincre à terme tous les constructeurs d’être référencés par son réseau.

Gagner en visibilité sur le Net

En outre, Five Star a également souhaité faire le point sur la question du digital. Sur le seul volet Internet, le réseau a mis en garde ses adhérents face au faible engouement suscité par le partenariat noué l’an dernier avec Y Proximité pour permettre à chaque atelier de disposer de son propre portail Web. Alors qu’une soixantaine d’entre eux ont répondu favorablement à cette proposition, la société poursuivra sa mission dans les mois qui viennent. “Il est important que vous soyez les plus nombreux possibles à y adhérer pour bénéficier d’une meilleure visibilité”, a ainsi expliqué Catherine Duyck, responsable marketing et communication du réseau. Cette dernière a rappelé que, pour seulement 30 euros par mois, les adhérents pouvaient bénéficier d’un site reprenant leurs propres informations mais chartées aux couleurs du réseau pour leur offrir davantage de trafic en atelier. Dans un esprit boule de neige, Y Proximité travaille actuellement à la création de mini-sites pour les distributeurs qui compileront tous les clients de ces derniers, encore une fois dans le but de gagner en visibilité. Parallèlement, Five Star a annoncé la mise en place d’un pack préférentiel fourni par Sidexa. Baptisé “Five Star Office’’, celui-ci reprend tous les avantages proposés par l’ancien pack Premium, mais à un tarif inférieur (480 euros HT). Alors qu’actuellement 70 % du réseau fait appel à ce partenaire, l’objectif d’ici fin 2016 consiste à équiper la totalité de celui-ci grâce notamment aux atouts de cette nouvelle offre. Fort de ces nombreuses nouveautés, Five Star espère voir l’ensemble de ses adhérents se défaire des dernières secousses contextuelles et les voir grandir, forts de leur savoir-faire et des nouvelles opportunités offertes.
 

Partager :

Sur le même sujet

cross-circle