S'abonner
Non classé

Edito : Non délocalisables !

Publié le 23 janvier 2013
Par Hervé Daigueperce
2 min de lecture
Si nous ne nous apercevons seulement maintenant, que les constructeurs d’automobiles français ont depuis plusieurs années, tout doucement, transféré une part de leurs productions dans des contrées plus attrayantes, il sera bien difficile d’exiger un redressement de la situation de ce secteur industriel.
Si nous ne nous apercevons seulement maintenant, que les constructeurs d’automobiles français ont depuis plusieurs années, tout doucement, transféré une part de leurs productions dans des contrées plus attrayantes, il sera bien difficile d’exiger un redressement de la situation de ce secteur industriel.
Si nous ne nous apercevons seulement maintenant, que les constructeurs d’automobiles français ont depuis plusieurs années, tout doucement, transféré une part de leurs productions dans des contrées plus attrayantes, il sera bien difficile d’exiger un redressement de la situation de ce secteur industriel.

Il va donc falloir, une fois de plus, se retourner vers les acteurs de proximité et souhaiter que ceux-ci soient suffisamment forts pour contrer les envahisseurs de tous poils. Ce à quoi nous venons d’assister, la prise de contrôle de Précisium Groupe par le Groupe Alliance, piloté par Jean-Jacques Lafont, serait de nature à nous rassurer quant au sort de la distribution indépendante pour deux raisons. La première repose sur la nécessité de constituer des entités fortes pour qu’elles soient concurrentielles au niveau européen, ce qui nous manquait face à des monstres hollandais, allemands ou belges. La seconde consiste à garantir un niveau d’investissements indispensable à la professionnalisation des réseaux, la concentration permettant des économies d’échelle et – il faut l’espérer – une montée en gamme des techniciens. Que l’actionnariat s’affine et conduise à l’édification d’un grand groupe ne peut qu’aller dans le bon sens, poussant l’Autodistribution à se régénérer encore plus vite, mais aussi envoyant un signal fort aux donneurs d’ordres, assureurs, banquiers et autres concurrents, tels les réseaux de marques ou les groupes étrangers.

Au niveau des garages, des carrosseries, des ateliers, ce jeu d’alliances semble bien loin de leurs préoccupations journalières. Et mis à part ce qu’ils pourraient y gagner, cela ne changera pas beaucoup leur quotidien. Car, ce que veulent les professionnels sur le terrain, c’est avoir un interlocuteur sur le terrain. Une personne qu’ils respectent, qui est disponible, leur apporte services et soutiens tous les jours, et qui ne change pas tous les 4 matins. Le secret de la réussite repose sur un échange entre hommes et femmes de bonne volonté. Point. Et c’est d’ailleurs ce que révèlent les Trophées de la Rechange de cette année où, parmi tous les concurrents, nous avons assisté à la victoire de garagistes comme de distributeurs, pourtant rivaux dans l’élection. C’est la réalité du terrain, celle des non-délocalisables !

Joyeux Noël

Partager :

Sur le même sujet

cross-circle