S'abonner
Non classé

Nexion, pionnier italien

Publié le 23 mai 2013
Par Clotilde Chenevoy
2 min de lecture
Le fabricant italien disposait sur AMR de plusieurs stands afin de présenter les différentes marques du groupe. Après des débuts difficiles, Nexion a su saisir le marché et profiter de sa croissance. Retour d’expérience.
Riccardo Campanile, directeur général du groupe Nexion.
Riccardo Campanile, directeur général du groupe Nexion.

Le groupe Nexion a réalisé ses premiers pas en Chine en 2009, non sans avoir tenu en interne des discussions intenses… Les actionnaires familiaux s’interrogeant sur la faisabilité du projet, et surtout sur le fait d’implanter une production locale. Au final, l’arrivée de concurrents, notamment italiens, sur ce marché validera la stratégie chinoise. Les premiers pas furent complexes. Finalement, la véritable implantation en Chine se fera en 2010, avec une production locale et une stratégie de vente mieux définie.

Le groupe Nexion possède une usine en Chine, près de Shanghai, dont la production (démonte-pneus, équilibreuses, etc.) sert le marché local et vient également compléter les gammes européennes avec des produits d’entrée de gamme. En revanche, toute la conception et la création des cahiers des charges restent gérées par les équipes italiennes. Et concernant les produits haut de gamme, ils proviennent tous des usines italiennes.

“Notre compagnie est jeune, mais en peu de temps, nous avons réussi à décrocher des contrats, raconte Riccardo Campanile, directeur général du groupe Nexion. Le nom de Corghi nous ouvre des portes, bien que nous possédions plusieurs marques (Mondolfo Ferro, HPA, Sice, Techonotor, Meti ou encore Teco) pour jongler entre elles, selon la concurrence.”

Des clients constructeurs et fast-fitters

Nexion a décroché les homologations auprès des principaux constructeurs, comme Mercedes ou encore Fiat et Iveco, pour prendre place dans les concessions chinoises. Le groupe travaille également fortement avec les réseaux de fast-fitters. On retrouve les pneumaticiens Michelin (en tête avec 730 centres Tyres Plus), Bridgestone ou encore Castrol et Bosch Car Service. Au niveau régional, le marché compte également sur les panneaux NTS Automobile Service, Jingdian, Grease Monkey et Yellow Hat.

Ces enseignes se focalisent uniquement sur la réparation rapide autour du pneumatique. Ces points de service se multiplient de plus en plus, car leur capillarité actuelle n’offre pas une couverture complète du marché. Par ailleurs, l’automobiliste chinois plébiscite les services rapides et ne veut pas attendre pour que sa voiture soit entretenue.

La demande en équipements augmente donc naturellement, mais, comme chez les concessionnaires, doit s’accompagner de formation au réseau. “Nous fournissons les produits, et nous assurons également la formation à l’ensemble des réseaux, explique le directeur général. Les manufacturiers veulent autant du service que des produits.” Et là, encore une fois, la carte Europe joue à plein, puisque les formateurs proviennent sans exception des équipes italiennes du groupe… pour travailler avec les équipes locales.

Partager :

Sur le même sujet

cross-circle