S'abonner
Distribution

API présente son Drive plein de promesses

Publié le 8 octobre 2021
Par Romain Baly
3 min de lecture
Déployé depuis quatre ans en Belgique, le concept multiservice du réseau de Doyen Auto arrive en France. Hotline, formation, location de matériels… Le programme API Drive a été conçu pour accompagner les réparateurs et en séduire de nouveaux.
Avec 63 distributeurs et 138 garages 1,2,3 AutoService, API dispose en France d'une marge de manoeuvre importante. Son Drive doit ainsi soutenir ses propres adhérents tout en en séduisant d'autres.
Avec 63 distributeurs et 138 garages 1,2,3 AutoService, API dispose en France d'une marge de manoeuvre importante. Son Drive doit ainsi soutenir ses propres adhérents tout en en séduisant d'autres.

Responsable des concepts techniques du groupe Doyen Auto, Dirk Lampaert fait dans la métaphore. API Drive, c'est "son bébé", et en père de famille aussi aimant qu'attentionné, il veille au bon développement de sa progéniture. Voilà quatre ans que ce dernier porte un projet qu'il a lui-même imaginé. Nouveau dans l'Hexagone, ce concept a déjà fait ses preuves ailleurs. En Belgique, tout particulièrement, marché domestique du réseau où celui-ci rassemble 67 distributeurs et 200 réparateurs sous étendard 1,2,3 AutoService, et où cette solution est déployée depuis 2017.

Soutenir les adhérents et aider tous les autres

Avec succès, à en croire le responsable, ce qui faisait un envieux. Jalil Skiredj, responsable concepts et développement en France, souhaitait lui aussi profiter de ce véritable outil de conquête. Car c'est bien là tout l'enjeu. Contrairement au Plat Pays, l'Hexagone est un marché où API a encore énormément de marge de manœuvre. Avec 63 distributeurs et 138 garages 1,2,3 AutoService, API n'est encore qu'au début d'une aventure pourtant entamée à la fin des années 2010. Avec ce Drive, les deux responsables entendent ainsi croître en accompagnant les professionnels sur des nouvelles technologies.

Mieux soutenir les adhérents et aider tous les autres, voilà le créneau. API Drive a été pensée telle une boîte à outils multiservice composée de cinq modules. Le premier, Training, est un programme de formations techniques réalisé avec le soutien de Grup Eina. Des sessions sur une cinquantaine de véhicules mêlant théorie et pratique sont proposées et dispensées chez un distributeur. Celui-ci choisit les "élèves" qui peuvent être ses propres clients mais aussi d'autres professionnels concessionnaires, agents de marques, MRA, etc. Cette année, plus de 140 journées de formation ont été réalisées en Belgique et aux Pays-Bas avec 8 à 12 personnes à chaque fois.

Les données constructeurs, une mine d'or qui vaut chère

Le deuxième module, Hotline, est comme son nom l'indique une plateforme de soutien téléphonique et digitale (mails) composée de 60 techniciens experts. Ces derniers sont capables de répondre à peu près toutes les questions en ayant sous la main, et c'est l'objet du troisième module Data, les informations techniques de tous les constructeurs. Une mine d'or qui a coût, API déboursant 1,2 million d'euros par an pour y avoir accès. Le quatrième module, Tools, répond à une problématique bien connue dans la profession. La technicité sans cesse accrue des véhicules complique la vie des réparateurs confrontés à des opérations spécifiques qu'ils ne peuvent pas toujours honorer.

La faute à un manque de matériel, souvent coûteux et pas simple à rentabiliser car parfois utilisé 2-3 fois par an, que pourra désormais leur louer les distributeurs API. Enfin, le dernier chaînon du Drive, Warranty Partner, se matérialise par l'organisation de soirées techniques. Une formation sur une technologie définie à l'avance est proposée avec un test de compétences à la fin (un QCM) donnant droit à une certification. Tout cet ensemble est accessible "à 100 % des professionnels du marché", insiste Dirk Lampaert, au tarif de 149€ par mois (et 49€ pour les 123). Un investissement facilement rentabilisable et qui donne droit, en France, au label Drive VIP, valorisant la spécificité du réparateur.

200 Drive espérés d'ici la fin 2022

Plus que ces cinq modules, un sixième pourrait bien finir de séduire le marché. Le "Drive By Wire", c'est "la solution au bout du câble" résume le responsable. Par une simple interface, les réparateurs confrontés à un problème qu'ils n'arrivent pas à résoudre peuvent demander l'aide des experts du réseau. Le tout à distance puisque ces mêmes experts, grâce à l'interface, peuvent connecter différents appareils de diagnostic (ils en ont une trentaine à disposition) et résoudre ainsi la quasi-totalité des cas de figure rencontrés. Cette solution permet de réaliser du codage de clés, d'attaches remorques, d'injecteurs, de batteries, de réaliser des remises à zéro, de l'aide au diagnostic…

Pour en profiter, les professionnels doivent débourser 799€ (599€ jusqu'à la fin 2021) pour le boîtier relié à la prise OBD qui donne accès à l'interface puis entre 25 et 60€ par prestation si et uniquement si le problème est résolu. "Quand on sait que certains garagistes peuvent rester 3, 4 ou 5 heures bloqués sur une voiture, autant d'heures perdues car impossibles à facturer, l'intérêt de By Wire est facile à comprendre", ajoute Dirk Lampaert. De nouveaux modules pour les véhicules électriques, l'éco-entretien et des webinaires techniques seront prochainement proposés. API espère vendre 200 Drive en France d'ici la fin 2022.

 

Partager :

Sur le même sujet

cross-circle