S'abonner
Rechange

GPA prône l'industrialisation de la PRE

Publié le 19 octobre 2022
Par Nicolas Girault
2 min de lecture
Le spécialiste drômois de la pièce de réemploi (PRE) expose pour la première fois à Equip Auto. GPA y met à la fois en avant l'intérêt de la pièce d'occasion, ainsi que son histoire et son savoir-faire… Un exemple hors du commun dans le monde des recycleurs.
Johan Renaud, devant la jauge indiquant les économies réalisées grâce aux PRE de GPA durant Equip Auto 2022. ©J2R
Johan Renaud, devant la jauge indiquant les économies réalisées grâce aux PRE de GPA durant Equip Auto 2022. ©J2R

Le stand de GPA, sur Equip Auto, affiche deux jauges. La première indique le nombre de PRE vendues par l'entreprise depuis le début du salon. La seconde souligne les économies qu'elles ont générées, en additionnant les écarts entre le prix des pièces d'occasion et neuves. "Nous mettons en avant la PRE comme une solution intelligente pour atteindre des objectifs d'économies sur les réparations de véhicules, de RSE (vertueux pour l'environnement et l'emploi), tout en restant conformes à la réglementation", affirme Johan Renaud, directeur de GPA

Sur la dernière décennie, l'entreprise familiale de Livron-sur-Drôme (26) a régulièrement doublé sa taille tous les trois ans. Son chiffre d'affaires et passé de sept millions d'euros en 2007 à 57 millions en 2022. L'adoption et la mise à jour régulière de méthodes industrielles l'a récemment mené à être le seul recycleur auto labelisé "Vitrine industrie du futur"… En plus de ses certificats ISO 14001 et 90001, qui devraient prochainement être complétés par les certificats ISO 4501 et 5001.

"Le volume écrase les coûts"

Car "depuis le début des années 2000, nous avons engagé une démarche d'amélioration continue. Celle-ci nous a poussé à industrialiser tous nos services : l'administration, l'enlèvement des véhicules, le démontage, le stockage, les techniques de chargement des camions et la vente", explique Johan Renaud. Il poursuit en précisant que cette industrialisation permet de développer la production avec toujours davantage de rigueur et de maîtrise. Ensuite, "le volume écrase les coûts, puis nous investissons nos gains pour améliorer notre qualité".

Aujourd'hui, les 210 salariés de l'entreprise exploitent un stock de 100 000 pièces – soit huit à neuf mois de ventes. Dépourvue de comptoir, elle vend exclusivement ses pièces sur internet (via son propre site et diverses autres plateformes), sans frais de port. Onze semi-remorques quittent quotidiennement le site historique pour approvisionner régulièrement en J+1 plus de 5 000 clients professionnels (sur plus de 10 000 au total), qui représentent la moitié de sa clientèle à côté des particuliers…

À lire aussi : Avec GPA, Axial accélère sur la pièce de réemploi

Après avoir fait parti de plusieurs réseaux de recycleurs – Careco et Indra – GPA poursuit sa route en visant à améliorer toujours plus sa production. Car, s'il atteint aujourd'hui un taux de recyclage global des véhicules de 99,7 % des véhicules, l'entreprise pense néanmoins pouvoir encore y améliorer son taux de PRE (à côté des parties recyclage de matière et valorisation en combustible). Des progrès, qui sont également à réaliser à l'échelle de l'ensemble du secteur – notamment sur l'orientation des gisements de véhicules en perte total par les assurances.

À lire aussi : Le recycleur automobile GPA labellisé "Vitrine Industrie du Futur"

 

Partager :

Sur le même sujet

cross-circle