S'abonner
Equipementiers

Hitachi Astemo a tout pour devenir un acteur majeur de l'aftermarket

Publié le 18 octobre 2022
Par Florent Le Marquis
2 min de lecture
Bien installé en première monte, Hitachi Astemo s'est lancé sur le marché de la rechange il y a un an. Equip Auto est l'occasion pour le fournisseur d'accroître sa notoriété en France, où son positionnement pourrait lui être favorable dans un avenir proche.
Arrivé depuis un an chez Hitachi Astemo, Sylvain Cuissard espère qu'Equip Auto contribuera à mieux faire connaître le fournisseur en France.
Arrivé depuis un an chez Hitachi Astemo, Sylvain Cuissard espère qu'Equip Auto contribuera à mieux faire connaître le fournisseur en France.

"Une nouvelle ère a débuté pour la société." Arrivé en août 2021, Sylvain Cuissard, directeur commercial aftermarket, est la figure de l'implantation d'Hitachi Astemo en France. A la suite d'une joint- venture opérée en janvier 2021 entre Hitachi Automotive Systems et trois filiales de Honda (Nissin Kogyo, Keihin et Showa), le groupe, acteur historique en première monte, a commencé à se positionner sur le marché après-vente, et notamment en France. "Ce n'est pas vraiment un démarrage dans le pays, mais plutôt une francisation du marché français, qui n'est plus vu comme un pays d'export", détaille Sylvain Cuissard.

2023 : "l'année de la consolidation"

Après un an, l'équipementier japonais est déjà implanté dans l'ensemble du territoire tricolore, ou presque. Seul le Nord manque actuellement, mais des discussions sont en cours avec quelques distributeurs locaux et devraient aboutir d'ici le début d'année 2023. D'ici à la fin 2022, Hitachi Astemo intègrera également le Golda. "C'est un signe fort, martèle Sylvain Cuissard. Nous utilisons les outils français. Nous sommes déjà référencés TecDoc et ETAI…" Ainsi, après une année 2022 synonyme d'installation, 2023 sera celle de la consolidation. Et Equip Auto fait figure de tournant puisque Hitachi Astemo participe pour la première fois au salon parisien. Le fournisseur y présente l'ensemble des produits et espère y accroître sa notoriété.

Le groupe est depuis longtemps installé sur les systèmes de gestion moteur (pompes à carburant électriques, pompes à haute pression, débitmètres de masse d’air, etc.), mais s'est attelé à se diversifier ces dernières années. Les systèmes d'allumage, systèmes thermiques et électriques ou encore les pièces de direction et de transmission font partie du catalogue. Hitachi Astemo a par ailleurs racheté le fabricant de freins Chassis Brakes en 2019, puis la marque d'amortisseurs Tokico, qui équipe 20 % du parc en première monte, en 2021.

Plus de 5 000 références

Equip Auto est d'ailleurs l'occasion de lancer cette gamme d'amortisseurs sur le marché après-vente. "Les synergies se mettent en place, et les nouveautés arrivent. Nous avons pour projet d'ajouter plusieurs gammes présentes en première monte sur le marché de la rechange au cours de l'année 2023", annonce Sylvain Cuissard.

Pour le moment, les gammes que propose Hitachi Astemo en aftermarket (plus de 5 000 références) existent déjà, et le fournisseur l'assume. "Il faut le temps de nous installer, car nous ne sommes pas encore très connus sur le marché, reconnait le directeur commercial aftermarket. Mais nous fabriquons la majorité de ce que nous vendons et, en période de pénurie, avoir un acteur de plus sur la pièce technique est bénéfique pour le marché. Je pensais que cela aurait été plus difficile d'y entrer, notre développement est rapide."

A lire aussi : Hitachi Astemo à l’assaut de l’aftermarket

Mais, pour l'instant, il n'est pas question de parler de résultats. "Nous ne regardons par les chiffres. Nous nous intéressons à nos clients, car nous construisons une stratégie, affirme Sylvain Cuissard. Ecrire une histoire ne se fait pas en deux jours. Nous repartons presque de zéro !" A terme, l'objectif d'Hitachi Astemo est d'intégrer le top 5 des fournisseurs de pièces techniques. Poussé par l'OE, Hitachi Astemo pourrait à termes en tirer profit sur l'après-vente. "Nous sommes un fabricant à la pointe en première monte sur les Adas, les châssis intelligents, la suspension motorisée… Ce sont des pièces en devenir pour l'après-vente, ce qui est bon pour nous car nous maîtrisons déjà les techniques de demain. Ce sera un avantage pour nous", conclut le directeur commercial aftermarket.

Partager :

Sur le même sujet

cross-circle