S'abonner
Distribution

Nexus Automotive France prend (enfin) forme

Publié le 23 octobre 2020
Par Mohamed Aredjal
2 min de lecture
Six ans après son arrivée dans l’Hexagone, Nexus Automotive International annonce la création d’une structure dédiée au marché français. Comptant comme actionnaires Alternative Autoparts, Aniel, Apprau et ID Rechange, l’entité a, en outre, été renforcée par l’arrivée d’Exadis parmi ses adhérents.
Avec Philippe Guyot à sa tête, Nexus Automotive France entend passer à l'offensive.
Avec Philippe Guyot à sa tête, Nexus Automotive France entend passer à l'offensive.

Nous vous l'annoncions en avril dernier, c'est désormais officiel : Nexus Automotive France est né ! Présent dans l'Hexagone depuis 2014 avec ID Rechange,  le groupement d’achat international (ITG) vient d’y officialiser la création d’une filiale à part entière, dont les actionnaires sont les groupes Alternative Autoparts, Aniel, Apprau et ID Rechange.

Placé sous la présidence de Philippe Guyot, Nexus Automotive France compte également deux nouveaux adhérents : le groupe francilien Mannes et… Exadis. Le réseau de plateformes logistiques codétenu par Mobivia et Renault (avec son groupement de concessionnaires) rejoint en effet l’ITG dont il consolide sensiblement les positions dans l’Hexagone.

Nexus Automotive France peut désormais se targuer de fédérer plus de 330 points de distribution, représentant plus de 2 milliards d’euros de chiffre d’affaires (environ 800 millions d’euros pour ses seuls actionnaires). Ce qui permet au groupement de revendiquer le statut de numéro trois du marché, derrière Alliance Automotive Group et Parts Holding Europe.

De multiples synergies en vue

Avec la création de cette structure pour ses adhérents français, Nexus Automotive International espère désormais mettre en œuvre une stratégie de développement commune plus lisible. "Dans un premier temps, notre objectif est de mieux structurer notre activité grossistes, notamment via une consolidation des volumes et une convergence stratégique des achats", précise Philippe Guyot. Ce dernier ajoute que cette "convergence" s’opérera en "totale transparence" avec les fournisseurs qui, "soucieux de sortir de la dualité actuelle du marché français, ont encouragé [leur] démarche".

D’autres mutualisations seront également engagées dans les prochains mois dans l’offre de services. "Au-delà des négociations fournisseurs communes, nous allons mutualiser nos coûts en back office, tels que la logistique ou les transports. Nous réfléchissons déjà à de nouveaux services partagés comme la facturation centralisée", détaille le président de Nexus Automotive France.

A terme, le groupement entend aussi développer dans l’Hexagone des synergies avec les réseaux de réparation rapide et de centres autos qu’il compte parmi ses adhérents (Speedy, First Stop et Feu Vert).

 

 

Partager :

Sur le même sujet

cross-circle