S'abonner
Centres autos

Carter-Cash mise sur l’omnicanalité et l’économie circulaire

Publié le 21 mars 2022
Par Florent Le Marquis
3 min de lecture
L’enseigne de réparation à bas prix Carter-Cash fête ce mois-ci ses 20 ans. Un anniversaire marqué par une refonte de son offre digitale et le développement de ses produits issus de l’économie circulaire.
Le magasin Carter-Cash de Wattignies (59).
Le magasin Carter-Cash de Wattignies (59).

Le 1er mars 2002, Carter-Cash ouvrait son premier point de vente à Sainte-Geneviève-des-Bois (91). L’enseigne fête donc ce mois-ci ses 20 ans, avec désormais 73 magasins en France, six en Espagne, quatre en Italie et un au Maroc. Toujours discret sur son chiffre d’affaires, le réseau, qui n’a pas réalisé d’ouverture en 2020, a repris son expansion l’an dernier avec deux nouveaux magasins. 24 autres sont prévus d’ici trois ans.

Un parcours client omnicanal

Cet essor, Carter-Cash le doit en partie à son positionnement de distributeur low-cost assumé. "Nous voulons rendre accessible l’entretien automobile au plus grand nombre, explique Thierry Deuzé, directeur général de Carter-Cash. Encore plus dans cette période où le sujet du pouvoir d’achat occupe une place majeure dans les débats." Pour le client, il s’agit d’avoir des produits de qualité, à prix compétitifs et sans trop chercher. C’est pour cela que l’enseigne du groupe Mobivia mise sur une gamme très courte, avec une offre unique par rapport au besoin. Au total, environ 6 000 références sont disponibles en magasin. "Nous en avons ajoutées 1 500 depuis la crise sanitaire pour aller plus loin dans la réponse au client", précise Jean-Luc Congiu, directeur du commerce digital chez Carter-Cash.

L’offre va plus loin en ligne, alors que le réseau a accéléré sa stratégie digitale depuis deux ans. 80 000 références sont ainsi accessibles sur le site de l'enseigne. Si un client ne trouve pas le produit qu’il cherche en magasin, il peut le commander sur une tablette tactile située en rayon, pour une livraison à domicile ou un retrait dans le point de vente. "Il était important pour nous que le client ait un parcours dans et hors du magasin, une vraie expérience omnicanale, poursuit Jean-Luc Congiu. Nous pensons que ce sera un vrai relai de croissance à l’avenir."

En magasin, le client peut commander directement sur une tablette parmi les 80 000 références en ligne que compte l'enseigne.

En magasin, le client peut commander directement sur une tablette parmi les 80 000 références en ligne que compte l'enseigne.

Dans cette logique, Carter-Cash a racheté les actifs de Yakarouler, qui était en liquidation judiciaire, en juin 2021. "C’était une belle opportunité dans le cadre du développement de notre activité sur internet", ajoute Jean-Luc Congiu. Le pure player aux 700 000 références de pièces d’affectation recense 650 000 visiteurs par mois. Et est reparti sur de bons rails en quelques mois à peine.

Une stratégie autour de l’économie circulaire

Le développement durable occupe lui aussi une place fondamentale dans la stratégie de Carter-Cash, qui a recyclé près de 13 000 tonnes de produits (pneus, batteries, produits de vidange…) en 2021. "Nous voulons favoriser l’économie circulaire à travers l’ensemble de nos activités, explique William Ternynck, directeur du développement durable, poste créé en octobre 2021. Nous travaillons notamment sur le zéro emballage et zéro plastique, et sur la vente en vrac." L’enseigne compte même prochainement proposer les liquides à la vente en vrac.

A lire aussi : Carter-Cash lance sa première huile de moteur régénérée

De gauche à droite : Jean-Luc Congiu, Thierry Deuzé et William Ternynck.

De gauche à droite : Jean-Luc Congiu, Thierry Deuzé et William Ternynck.

L’enseigne propose également des pneus reconditionnés, tout comme les batteries, qui sont garanties deux ans. Les produits reconditionnés représentent entre 5 et 10 % des ventes de l’enseigne en volumétrie. "Nous aimerions doubler cette part, il y a un axe de développement important sur ce sujet", confie Thierry Deuzé. Pour cela, les points de vente les rendent plus visibles avec un balisage particulier en rayon pour valoriser la filière du recyclage et sensibiliser le client. "Le marché n’est pas encore bien structuré en termes d’économie circulaire. C’est à nous de prendre les initiatives", conclut le directeur général.

Partager :

Sur le même sujet

cross-circle