S'abonner
Contrôle technique

Contrôle technique : les indépendants toujours plus nombreux

Publié le 26 janvier 2021
Par Mohamed Aredjal
2 min de lecture
En 2020, les centres de contrôle technique indépendants ont vu leur nombre croître pour franchir le seuil des 1 000 sites. Cette hausse vient confirmer une progression structurelle observée depuis plusieurs années.   
Les centres de contrôle technique indépendants ont connu une progression régulière ces cinq dernières années.
Les centres de contrôle technique indépendants ont connu une progression régulière ces cinq dernières années.

Si les centres de contrôle technique semblent avoir été relativement épargnés par la crise du Covid-19 en 2020, le marché a toutefois été témoin d’une évolution notable avec une nouvelle progression des contrôleurs indépendants. L’an dernier, leur nombre a franchi un cap symbolique pour atteindre 1040 centres selon des données fournies par Dekra.

Une croissance régulière

Cette croissance des indépendants n’est pas nouvelle puisque le nombre de professionnels du CT sans bannière ne cesse de grossir depuis quelques années. En 2015, ils n’étaient ainsi que 799 sur le territoire national.

Depuis plus de 10 ans, les indépendants progressent en nombre de centres et en part de marché", confirme Karine Bonnet, directrice générale de Dekra Automotive France.

Un sentiment partagé par la société ProTechnologies, éditeur d’outils informatiques à destination des centres de CT. Selon son directeur général, Jean-Christophe Arvat, leur nombre serait même plus important : "De notre côté, nous comptons environ 1 200 centres indépendants. C’est une estimation mais qui reste précise. C’est une population assez dynamique qui croît d’année en année".

Des réseaux au maillage déjà dense

Plusieurs facteurs peuvent justifier cette émergence des contrôleurs sans enseigne. Tout d’abord, le maillage des réseaux arrive à saturation. Les enseignes de contrôle technique disposent aujourd’hui de plusieurs centaines d’adhérents sur le territoire (1 539 pour Dekra, 1 008 pour Autovision, 877 pour Autosur, 919 pour Auto Sécurité, etc.) et, bien qu’elles comptent quelques zones insuffisamment couvertes, leur potentiel d’expansion est désormais limité.

"Les réseaux protègent leur maillage, confirme Karine Bonnet. Lors d’une création de centre, nous consultons nos partenaires concernés via la commission paritaire réseau, qui peut s’opposer à ce projet." Même discours chez Jean-Christophe Arvat qui confirme que les réseaux affichent une "couverture du territoire très importante". Mais ce n’est pas la seule raison invoquée par ce dernier : plusieurs centres affiliés décident également de s’émanciper de leur réseau par souci d’indépendance et de rentabilité.

ProTechnologies lance MonContrôleTechnique

"Le gâteau tend à se rétrécir d’année en année et beaucoup préfèrent quitter leur enseigne pour optimiser leurs revenus", ajoute-t-il. Indépendants, ces derniers estiment pouvoir bénéficier de services équivalents et à moindre coûts. Un mouvement dont semble profiter ProTechnologies. Depuis plus d’un an, l’éditeur a élargi son éventail de solutions pour lancer un concept à la carte. Commercialisée sous la marque MonContrôleTechnique, l’offre regroupe de multiples services : matériel informatique, logiciels, formation, dossier d’agrément, plateforme de réservation, site personnalisé, etc.

"Nous nous qualifions comme un réseau d’indépendants avec un mode de commercialisation plus souple", souligne Jean-Christophe Arvat. Un choix payant : Protechnologies compte aujourd’hui 700 clients au niveau national, dont 350 centres bénéficiant de la totalité de ses services.

 

Partager :

Sur le même sujet

cross-circle