S'abonner
Services

Comment préparer le 11 mai 2020 dans les ateliers ?

Publié le 6 mai 2020
Par Elodie Fereyre
3 min de lecture
Vroomly a organisé le 5 mai 2020 un webinar pour accompagner la réouverture des garages. L’objectif ? Informer sur la reprise d’activité, l’approvisionnement en pièces et sur les bonnes pratiques à mettre en œuvre afin de garantir la sécurité de tous.
Vroomly propose un nouveau parcours client dans les garages.
Vroomly propose un nouveau parcours client dans les garages.

Alors que la fin du confinement approche à grands pas (le 11 mai 2020, ndlr), Vroomly a organisé un webinar ce 5 mai pour répondre aux interrogations et inquiétudes des professionnels de la réparation. Cette session en live a réuni trois experts autour de Benoît Yèche, directeur marketing de la start-up : Delphine Lamy, responsable QSE du CNPA, Xavier Pacilly, directeur général de Gipa France, et Fabrice Godefroy, directeur général du groupe IDLP. Plus de 150 professionnels y ont assisté.

Jusqu’à moins 15 % de chiffre d'affaires

Pour planter le décor, Xavier Pacilly est notamment revenu sur les résultats du dernier baromètre Gipa qui analyse depuis fin mars les conséquences du coronavirus sur l’après-vente. A une semaine du déconfinement, la troisième vague du baromètre montre ainsi que 6 points de vente sur 10 sont désormais ouverts, ce qui laisse présager d’un taux d’ouverture encore plus important d’ici le 11 mai.

"On considère que chaque semaine de confinement induit en moyenne une perte de 1,2 à 1,8 % du CA annuel. Si nous cumulons sur 11 semaines, en comptant 8 semaines de confinement et trois semaines de reprise, il y a en moyenne une baisse de 15 % du chiffre d'affaires annuel théorique. Mais une partie de celui-ci, qui se situe entre 5 et 15 %, pourra être rattrapée car il s’agit notamment d’opérations d’entretien qui vont être reprogrammés post-confinement", a-t-il précisé.

Un enjeu de réassurance

Xavier Pacilly a également indiqué que les automobilistes devant retourner chez leurs réparateurs ont besoin de réassurance vis-à-vis de la sécurité sanitaire. Ceux-ci attendent aussi de leurs ateliers un service adapté comme des horaires étendus ou des aides à la mise à disposition de leur véhicule. Enfin, le directeur général de Gipa France a rappelé que le véhicule personnel représente un moyen de transport sécurisé pour une majorité de Français et que les ventes de VN se sont effondrées de 48 % sur les 4 premiers mois de 2020. "En 2020-21, cela devrait générer un vieillissement du parc roulant, profitable à l’après-vente et notamment à la rechange indépendante", ajoute-t-il.

Pour répondre à l’inquiétude des réparateurs vis-à-vis de l’approvisionnement en pièces, Fabrice Godefroy s’est voulu rassurant : "La plupart des équipementiers ont continué à nous livrer pendant le confinement, et comme certains d’entre nous étaient ouverts avec une activité assez faible au niveau des ventes, nous avons eu le temps de réceptionner les pièces et de les mettre en stock. Au contraire, je pense que la plupart des organisations de distribution vont être prêtes avec des stocks pléthoriques dès la semaine prochaine".

Repenser le parcours client

De son côté, Delphine Lamy a rappelé que le CNPA a contribué à la rédaction d'un guide des bonnes pratiques publié par IRP Auto et repris par le ministère du Travail. Ce dernier liste les cinq mesures à prendre avant la réouverture de son atelier : "Informer ses employés de la reprise et réorganiser le temps de travail, mettre à jour le DUERP (document unique d'évaluation des risques professionnels), se procurer les éléments de protection, sécuriser les espaces de travail et réorganiser le parcours client et enfin, organiser le nettoyage des locaux".

Parmi les éléments à retenir, Delphine Lamy a notamment insisté sur la nécessité de respecter une distanciation sociale de 2 mètres et a rappelé la préconisation de la direction générale du travail (DGT). Cette dernière a fixé un nombre de personnes pouvant accéder aux locaux d'une entreprise en fonction de sa surface, à savoir 4 m2 par salarié.

"Concernant le parcours client, tout d’abord, celui-ci ne doit se rendre au garage que sur rendez-vous, le professionnel définira ensuite une zone où déposer le véhicule et demandera à l’automobiliste de l’aérer. Après une quinzaine de minutes, le réparateur pourra alors procéder à un nettoyage de tous les points de contact. Enfin, pour la restitution, privilégier le paiement en cartes bancaires et demander au client de venir avec son propre stylo", a-telle indiqué.

Ainsi, tout l’enjeu de la réouverture des ateliers se situe dans leur capacité à assurer un volume d’activité important tout en respectant ces nouvelles manières de travailler au quotidien.

Partager :

Sur le même sujet

cross-circle