S'abonner
Feda

Les distributeurs face à la crise : l’étude de la Figiefa

Publié le 18 juin 2020
Par Mohamed Aredjal
3 min de lecture
Quel est l’impact du Covid-19 sur les distributeurs de pièces européens ? C’est la question à laquelle répond la Figiefa au travers d'une enquête détaillée menée dans plusieurs pays. Parmi ses enseignements, ce rapport met en lumière les lourdes pertes accusées par la filière pendant la crise.
Les liquidités restent, de loin, la première préoccupation des professionnels de la distribution de pièces.
Les liquidités restent, de loin, la première préoccupation des professionnels de la distribution de pièces.

Après avoir pris le pouls des distributeurs français en plein confinement, la Feda s’est associée à la Figiefa  (fédération internationale des distributeurs de pièces en Europe) pour une étude de plus large ampleur, mesurant l'impact du Covid-19 dans plusieurs marchés européens. Menée entre le 15 avril et le 22 mai 2020 auprès de 408 entreprises, cette enquête révèle les nombreuses difficultés auxquelles ont dû faire face les distributeurs de pièces du Vieux Continent pendant cette crise.

Premier constat : très peu d’entreprises (seulement 3) ont dû baisser complètement le pavillon pendant leur confinement. Près de 60 % des sondés ont déclaré avoir maintenu leur activité commerciale, sans aucune restriction. Quant aux 40 % restants, ils ont pu poursuivre partiellement leurs ventes, mais avec des contraintes variées, selon les pays. La majeure partie des transactions enregistrées pendant cette période était destinée à une clientèle de professionnels puisque près de 80 % des comptoirs B2B sont restés actifs (contre 56 % pour les comptoirs B2C).

Un quart des distributeurs contraints de réduire leurs équipes

S’ils ont pu poursuivre en grande partie leurs activités, les distributeurs européens ont toutefois accusé une baisse significative de leurs ventes, surtout depuis mi-mars. Ainsi, la moitié des répondants ont fait état d'une perte de moins d'un tiers de chiffre d’affaires pour le premier trimestre. Plus inquiétant : plus de la moitié des sondés ont déclaré une baisse de plus de 50 % de leurs ventes depuis la mi-mars. Ils sont même 30 % à subir un recul des deux tiers de leur CA depuis cette même date.

Dans ce contexte, près de 25 % des entreprises interrogées ont déjà prévu de réduire leurs effectifs, et ont parfois déjà mis en œuvre cette décision. Tout aussi préoccupant, plus de la moitié des répondants ne savent pas à ce jour s'ils pourront maintenir l'emploi à son niveau d'avant-crise, surtout si la reprise n'est pas rapide.

La Figiefa appelle à un plan de soutien structurel

Pour surmonter leurs difficultés, la première priorité des distributeurs reste la trésorerie. C’est l’élément le plus inquiétant pour 85 % des sondés. "La baisse rapide de la demande, sans certitude pour l'avenir, offre une perspective négative aux entreprises du secteur, pour la plupart des PME avec une trésorerie très limitée. C'est pourquoi de nombreuses entreprises veulent des mesures concrètes les aidant à réduire le risque à court et à long terme, proposant différents types d’initiatives, telles que la baisse ou le report des prélèvements fiscaux et sociaux ou des facilités de prêt", note la Figiefa.

Autre point intéressant : lorsqu’ils ont été interrogés sur les actions des pouvoirs publics susceptibles de les aider à redresser la barre, les distributeurs ont notamment réclamé une levée des barrières commerciales imposées à l’aftermarket automobile. Exemple : la fin du monopole des constructeurs sur les pièces captives ou encore un accès garanti aux données des véhicules.

"Les mesures réclamées répondent à des objectifs à court et à long terme. Il ne s'agit pas seulement de compenser une baisse conjoncturelle de la demande. Il faut aussi atténuer l'impact économique et social de cette crise en garantissant la survie des entreprises et des emplois dans les mois et les années à venir. C'est également une opportunité unique de mieux prendre en compte la valeur ajoutée du marché de la rechange indépendante pour la mobilité automobile, tout en garantissant la prospérité de notre riche écosystème", conclut la Figiefa dans son rapport.

L'association professionnelle européenne des distributeurs indépendants de pièces détachées automobiles ne manque d’ailleurs pas de rappeler qu’elle représente à ce jour 50 000 points de vente exploités par 30 000 entreprises et fédérant plus de 350 000 employés.

Partager :

Sur le même sujet

cross-circle