S'abonner
Carrosserie

Autoneo au meilleur de sa forme

Publié le 7 décembre 2021
Par Nicolas Girault
4 min de lecture
Le réseau de carrossiers adossé au groupement Centaure a tenu son congrès à Paris, les 3 et 4 décembre 2021. Autoneo en a profité pour présenter à ses adhérents son ambitieuse stratégie de partenariats destinée à booster le business, la diversification et la formation des réparateurs.
Plus de 200 ©J2R
Plus de 200 ©J2R

C'est à Paris, au pied de la tour Eiffel, que plus de 200 participants – carrossiers et partenaires du réseau – se sont donné rendez-vous le 3 et 4 décembre dernier pour le congrès d’Autoneo. Repoussé deux fois en raison des contraintes sanitaires, ce second séminaire a été finalement organisé trois ans après celui de Nice. Entre les deux, l’équipe aux manettes du réseau adossé aux distributeurs indépendants de peinture Centaure a été renouvelée et étoffée. Et, la crise sanitaire n’a pas freiné l’activité des permanents de l’enseigne.

Valoriser la profession

Maxime Falconnet, président d'Autoneo. (©J2R Nicolas Girault)

Maxime Falconnet, président d'Autoneo, présente les orientations du réseau. ©J2R Nicolas Girault

Ainsi, Maxime Falconnet (dirigeant de CDV Industrie, membre de Centaure) a succédé à Didier Leduc à sa tête. Il est secondé par Jérémy Govin (directeur général du réseau et dirigeant de CPS-Neovista) et par Rémi Renaudo (directeur commercial). Ce trio est désormais épaulé par une équipe de 9 permanents (administratifs et animateurs).

Ces renforcements autorisent de plus grandes ambitions. "Nous comptons passer 230 à 300 membres d’ici à 2023", annonce Maxime Falconnet. Pour y parvenir, le réseau s'est fixé trois axes de développement majeurs. "D’abord la formation et la valorisation de la profession, notamment grâce à la communication. Ensuite, l’amélioration des relations carrossiers-experts auto. Enfin, il faut s’adapter à l’impact des évolutions technologiques dans l’automobile."

Dans l’immédiat, l’accent est mis sur deux priorités : l’adoption par tous du planning en ligne et la mise à jour des fiches réparateurs sur internet. Ces deux opérations sont possibles via les outils mis en place par le réseau. Elles répondent à la demande de l’un de ses apporteurs d’affaires (MACSF). Le service à domicile fait également partie des prestations recommandées par la tête de réseau.

Alliance avec Point S ?

Michel Chabot (directeur du développement stratégique de Point S) et Sandrine Viallemonteil (consultante) ont répondu aux questions des carrossiers après la présentation de leur offre. (©J2R Nicolas Girault)

Michel Chabot (directeur du développement stratégique de Point S) et Sandrine Viallemonteil (consultante) ont répondu aux questions des carrossiers après avoir présenté l'offre de leur groupe. ©J2R Nicolas Girault

Parallèlement, pour accompagner le développement du réseau, l’équipe Autoneo a étoffé ses accords commerciaux. Ces dernières semaines, 6 partenariats ont ainsi été signés. Si certains étaient déjà connus avant le congrès (Aniel Marketplace et Renault), d’autres étaient inédits. En particulier celui sur le point d'être noué avec Point S. "Les valeurs de cette enseigne sont proches des nôtres et nous devrions pouvoir travailler ensemble. Il s’agit d’un groupe indépendant, fonctionnant sur un mode coopératif, dont les adhérents sont membres du conseil d’administration", souligne Maxime Falconnet.

Présenté par des membres de Point S lors du congrès, ce partenariat pourrait concerner de nombreux membres d’Autoneo. Une superposition des deux réseaux indique en effet que 80 à 85 % des carrossiers pourraient arborer le panneau Point S. Objectif : bénéficier de la notoriété de l'enseigne auprès du grand public tout diversifiant leur activité grâce à ses concepts sur-mesure. Les réparateurs Autoneo pourraient ainsi développer leur activité vitrage avec Point S Glass, étendre leur offre aux pneumatiques avec Point S City, voire se positionner sur les nouvelles mobilités avec le nouveau concept Point S Mobilité. Enfin, côté approvisionnement, ils pourraient exploiter la plateforme d'achats de pneus Pneumaclic, y compris en marque blanche.

Pour Point S, ce partenariat représente une nouvelle opportunité d'étendre son maillage dans l'Hexagone. Cependant, si les discussions entre les deux réseaux sont suffisamment avancées pour être présentées au congrès, aucun accord n'a été signé. "Nous soumettons l’accord Autoneo-Point S à la consultation de nos adhérents, pour ne pas créer de déception, ni chez nos carrossiers, ni chez notre partenaire", explique Maxime Falconnet.

Multiplier les sources d’approvisionnement

Au-delà de ce rapprochement avec Point S, Autoneo a particulièrement mis l'accent ces derniers mois sur sa stratégie d'approvisionnement en pièces de rechange. Ainsi, le récent accord avec Renault (sur ses catalogues Motrio et Value+ notamment) vient compléter ceux noués avec les constructeurs Stellantis (Distrigo) et de Toyota. Ce n'est pas tout : Autoneo s'est aussi illustré en annonçant son rapprochement avec Alpha Scale. C'est une nouveauté pour la plateforme de référencement de Prefikar, centrale de gestion de sinistres de l'assureur Axa, qui s’adresse pour la première fois à un autre réseau que celui de sa maison-mère.

Grâce à ce partenariat avec Alpha Scale, les carrossiers Autoneo auront accès à l'ensemble des produits commercialisés par la plateforme, et en particulier au catalogue Opisto. Un véritable atout pour l'enseigne du groupement Centaure qui a fait de la pièce de réemploi (PRE), une priorité dans sa stratégie de sourcing. Pour faciliter l'accès à ces produits, l'enseigne a d'ailleurs conclu un autre partenariat avec Careco, complétant celui existant avec Indra (essentiellement réservé aux utilisateurs de Sidexa). "Pour résoudre les difficultés d’approvisionnement en PRE, notre objectif n’est pas de bénéficier d’exclusivités, mais de multiplier les accords", précise Rémi Renaudo, directeur commercial d’Autoneo.

Dans l’air du temps

Si ces accords vont aider les réparateurs du réseau à mieux respecter leurs obligations réglementaires, ils s'inscrivent aussi dans le cadre de sa stratégie responsabilité sociétale des entreprises (RSE). C'est d'ailleurs dans ce cadre qu'Autoneo a noué un nouveau partenariat avec Chimirec, spécialiste de la collecte et du traitement de déchets.

"Au-delà de l’intérêt tarifaire, notre accord avec Chimirec – à côté de notre offre PRE – est un message fort sur la partie écologique de la profession. Il s’agit de conscientiser chacun sur le rôle des réparateurs dans le domaine environnemental", explique Rémi Renaudo.

Ce n'est pas tout : la formation fait aussi partie des priorités d'Autoneo. Le réseau incite notamment ses membres à se former aux interventions sur les véhicules électriques. "Nous avons fortement accéléré sur le sujet en 2021 et 80 % d’entre eux le sont déjà. Ils ont obtenu leur certification VE soit via notre partenaire Daf Conseil, soit via des réseaux d’agents dont ils sont membres", précise Rémi Renaudo. Reste évidemment encore des domaines à améliorer, comme le calibrage des capteurs Adas, problématique d'actualité dans tous les réseaux. Mais, visiblement, les carrossiers de l’enseigne n'entendent pas se laisser dépasser par les évolutions de leur secteur.

Partager :

Sur le même sujet

cross-circle