S'abonner
Equipementiers

Le Clepa salue l’accord commercial post-Brexit

Publié le 6 janvier 2021
Par Elodie Fereyre
2 min de lecture
Les équipementiers automobiles européens se sont réjouis de l’accord commercial, signé in extremis la veille de Noël, entre le Royaume-Uni et l’Union européenne. Ce dernier met fin à la menace d’un "no deal".
Getlink, la société qui gère le tunnel sous la Manche, avait investi 30 millions d'euros pour se préparer à un "no deal".

Le 24 décembre 2020, à une semaine de la sortie officielle de Londres du marché unique européen, l’Union européenne et le Royaume-Uni ont finalement scellé, in extremis, un accord commercial.

Une décision dont s’est félicité le Clepa, le Comité de liaison européen des fabricants d'équipements et de pièces automobiles, comme en témoigne Sigrid de Vries, secrétaire générale du Clepa : "Cet accord évite ce qui aurait été le pire des scénarios pour les fournisseurs européens et les nombreux emplois qui dépendent des relations commerciales UE-Royaume-Uni. Les entreprises et les autorités douanières doivent maintenant travailler 24 heures sur 24 pour se préparer aux nouvelles conditions commerciales seulement une semaine avant sa mise en œuvre. Nous demandons aux décideurs politiques de s’engager avec nous pour nous assurer que le commerce des composants ne soit pas inutilement frappé par les droits de douane et pour éviter des perturbations à la frontière".

Une nouvelle base de coopération

Ainsi, cet accord de Noël qui enterre définitivement le Brexit, devrait sauver de nombreux emplois menacés des deux côtés de la Manche et supprime la tant redoutée réinstauration des droits de douane, de 10 % pour le secteur automobile.

"Il est déjà certain que l’accord n’évitera pas la résurrection de nombreux obstacles au commerce. Nous continuerons donc à travailler de manière constructive avec nos partenaires de l’UE et du Royaume-Uni pour faire en sorte que cet accord de libre-échange s’avère un premier bloc de construction plutôt qu’un point final ", a indiqué le Clepa avant de rappeler qu'il analysera tous les détails techniques de l’accord dès la publication de l’ensemble des documents et qu'il s'abstiendra de commenter le fond de l’accord avant cette fin. Cela en vue d'évaluer dans quelle mesure ce dernier servira les intérêts de la chaîne d’approvisionnement automobile hautement intégrée entre l'UE et le Royaume-Uni.

 

 

Partager :

Sur le même sujet

cross-circle