S'abonner
Contrôle technique

L’activité des centres de contrôle technique a progressé de 3 % en 2021

Publié le 2 février 2022
Par Mohamed Aredjal
2 min de lecture
Selon le dernier bilan annuel de l’Utac-OTC, les centres de contrôle technique ont réalisé l’an dernier 21 millions de visites périodiques pour le parc de véhicules légers. Soit une augmentation d’environ 3 % par rapport à 2020.
Selon le dernier rapport de l’Utac-OTC, plus d’un véhicule sur deux (58%) ayant réalisé un contrôle technique en 2021 était âgé de plus de 10 ans.
Selon le dernier rapport de l’Utac-OTC, plus d’un véhicule sur deux (58%) ayant réalisé un contrôle technique en 2021 était âgé de plus de 10 ans.

Les contrôleurs techniques n’ont une nouvelle fois pas chômé l’an dernier. A l’issue d’une année 2020 atypique, marquée par plusieurs vagues de confinement, leurs centres ont encore une fois fait le plein en 2021.

Dans son traditionnel bilan annuel, l’Utac-OTC révèle en effet que 25,4 millions de contrôles techniques ont été réalisés l’an dernier sur le parc VL (contre 24,9 millions en 2020). Parmi ces opérations, 21 millions de visites périodiques ont été effectuées par les professionnels du secteur, soit une progression de 3 %.

A lire aussi : Le CQP contrôleur technique désormais accessible à partir du CAP.

VUL : un état qui se dégrade ?

Autre indicateur intéressant : l’état de ce parc VL semble s’améliorer. En effet, les défaillances soumises à l’obligation de contre-visite ont concerné 19,9% de ces véhicules (dont 19,15% de défaillances majeures), alors que ce taux s’était élevé à 21,21% en 2020. Le syndicat Mobilians (ex-CNPA) se montre plus prudent sur ce chiffre, estimant que l’étude dans le détail des résultats montre que les véhicules les plus anciens voient leur taux de contre-visite stagner autour de 27% pour les véhicules particuliers de plus de 10 ans, voire augmenter pour les véhicules utilitaires légers.

En effet, les VUL de 7 à 10 ans ont un taux de contre-visite de 18,89% contre 18,75% en 2020 et les VUL de plus de 10 ans ont un taux de CV de 28,43% contre 28,31% l’année précédente.

"Ces chiffres montrent que la 7e année marque toujours une nette rupture en termes de taux de contre-visite et confirment à nouveau l’intérêt d’annualiser le contrôle technique des véhicules de plus de 7 ans, mais également de s’interroger sur le calendrier des VUL, dont l’usage intensif les rapprochent plus des poids lourds que des véhicules particuliers. En effet, concernant la visite complémentaire des VUL, le marché est en hausse de 4% mais cette augmentation s'applique sur un résultat qui était en baisse de plus de 20% l’année précédente ! Signe que ces véhicules continuent d’éviter ce contrôle obligatoire. C’est la raison pour laquelle Mobilians défend l’idée d’instaurer un contrôle technique annuel pour les VUL dès la deuxième année", précise l'organisation professionnelle.

Pneumatiques, pollution et éclairage

Les principales défaillances majeures ayant entraîné une contre-visite l’année dernière concernent essentiellement un défaut d’éclairage, un niveau de pollution trop important ou un problème lié aux pneumatiques :

  • 4,74% pour une orientation d’un feu de croisement en dehors des limites prescrites par les exigences.
  • 3,15% pour une opacité dépassant la valeur de réception ou une instabilité des mesures d’opacité.
  • 3% pour un pneumatique gravement endommagé, entaillé ou un montage inadapté.
  • 2,53% pour un contrôle impossible des émissions d’opacité à l’échappement.
  • 2,19% pour une atteinte de l’indicateur d’usure de profondeur des sculptures des pneumatiques.
  • 2,05% pour une source lumineuse défectueuse ou manquante : visibilité fortement réduite des feux stop.

Quant à l’âge moyen des véhicules contrôlé, il est resté globalement stable en 2021, à 12,3 ans. Pour les VP, il se stabilise à 12,2 ans tandis qu’il passe de 13,1 à 12,9 ans pour les VUL.

Du côté des centres, l’Utac-OTC enregistre une hausse du nombre de sites agréés : 6 554 contre 6 467 en 2020. Le nombre de centres non rattachés à un réseau a également progressé puisqu’ils sont 1094 désormais (1054 en 2020). Notons aussi l’augmentation des effectifs de contrôleurs, passés de 12 492 professionnels agréés à 12 918. Mais ces nouvelles recrues ne suffiront vraisemblablement pas à faire face à la pénurie de main d’œuvre dans la filière, qui compterait encore un millier de postes à pourvoir.

Partager :

Sur le même sujet

cross-circle