S'abonner
Non classé

Dacia Dokker 1.5 dCi

Publié le 26 juin 2014
Par Jean-Marc Felten
< 1 min de lecture
Dacia (et Renault) connaît un succès incomparable avec ses modèles low cost, simples et robustes, fabriqués d’abord en Roumanie puis dans des pays émergents. Après l’arrivée de la seconde génération de voitures particulières, la marque s’attaque au renouvellement de ses utilitaires. C’est ainsi qu’apparaît le Dokker en juin 2012. Une ligne inspirée des modèles déjà commercialisés, mais une caisse de camionnette courte et dotée de série de 2 portes latérales coulissantes. Volontairement simple, ce modèle directement concurrent du Kangoo est-il toujours simple à réparer ?
Dacia (et Renault) connaît un succès incomparable avec ses modèles low cost, simples et robustes, fabriqués d’abord en Roumanie puis dans des pays émergents. Après l’arrivée de la seconde génération de voitures particulières, la marque s’attaque au renouvellement de ses utilitaires. C’est ainsi qu’apparaît le Dokker en juin 2012. Une ligne inspirée des modèles déjà commercialisés, mais une caisse de camionnette courte et dotée de série de 2 portes latérales coulissantes. Volontairement simple, ce modèle directement concurrent du Kangoo est-il toujours simple à réparer ?
Dacia (et Renault) connaît un succès incomparable avec ses modèles low cost, simples et robustes, fabriqués d’abord en Roumanie puis dans des pays émergents. Après l’arrivée de la seconde génération de voitures particulières, la marque s’attaque au renouvellement de ses utilitaires. C’est ainsi qu’apparaît le Dokker en juin 2012. Une ligne inspirée des modèles déjà commercialisés, mais une caisse de camionnette courte et dotée de série de 2 portes latérales coulissantes. Volontairement simple, ce modèle directement concurrent du Kangoo est-il toujours simple à réparer ?

Pour lire la suite, cliquer ici.

Partager :

Sur le même sujet

cross-circle