S'abonner
Equipementiers

Kyb veut reconquérir l’Hexagone

Publié le 12 mai 2021
Par Elodie Fereyre
2 min de lecture
Le groupe japonais Kyb affiche de fortes ambitions pour relancer sa marque d'amortisseurs sur le marché français. Un développement assuré par le nouveau directeur commercial, Jean-Michel Vermeire, et qui passera notamment par l’ouverture d’un centre de distribution sur le territoire.
Fort de plus de 5 000 références, KYB veut réinvestir le marché français de la PSD en proposant un service en J+1.
Fort de plus de 5 000 références, KYB veut réinvestir le marché français de la PSD en proposant un service en J+1.

Alors qu’il avait peu à peu disparu du sol français en 2018, l’équipementier japonais, spécialiste de l'amortisseur, veut réinvestir l’Hexagone. Une stratégie qui a débuté avec la nomination de Jean-Michel Vermeire au poste de directeur commercial de Kyb France, en avril 2021.

"En fermant en 2018 notre entrepôt de Cergy-Pontoise pour le déménager en Allemagne, à Nuremberg, nous nous sommes rapidement privés d’une partie de notre service en J+1. Nous avons continué à le faire, à grands frais, pour respecter nos engagements avec certains clients, mais nous avons vite arrêté car cela n’était pas viable", indique le nouveau directeur commercial.

Un centre de distribution en projet

Petit à petit, les clients se sont tournés vers d’autres solutions, avec un impact direct sur l’activité et la force de vente française. Mais aujourd’hui, Kyb, qui se targue d’être le spécialiste unique de l’amortisseur de renommée internationale, fait face à une demande grandissante de la part de trois typologies de clients qui attendent ce fameux service en J+1 : le web, la distribution traditionnelle et les centres autos.

"Notre volonté est simple : rouvrir un centre de distribution sur le territoire, pour compléter ce qu’offre l’Allemagne, en proposant du J+1 sans aller concurrencer les plateformes sur le terrain du H+4", complète Jean-Michel Vermeire. Pour cela, Kyb est actuellement à la recherche de la localisation idéale, et ne s’interdit aucune piste : "L’objectif est de trouver la meilleure solution économique. Plusieurs opportunités sont à l’étude : pourquoi pas se rapprocher d’un pôle automobile ou encore d’acteurs comme DHL ou TNT pour réduire les coûts d’exploitation".

Dans le même temps, le directeur commercial compte étoffer son équipe et espère finaliser le recrutement de trois commerciaux d’ici le deuxième semestre 2021, avant d’atteindre, à terme, 6 personnes. Pour débuter, la force commerciale sera épaulée par des promoteurs sur le terrain. "C’est notamment le cas pour honorer l’appel d’offres d’Alliance Automotive Group que nous avons remporté. Il consiste à fournir avec nos produits les 250 points de vente du groupement", annonce fièrement Jean-Michel Vermeire.

Plus de 5 000 références 

Au-delà de la France, c’est l'ensemble du marché européen  que Kyb veut reconquérir. Pour ce faire, le groupe vient de nommer également un nouveau vice-président l'Europe, Yuto Uchida. La stratégie est simple et s’appuie sur ce qui fait la force du groupe japonais :  sa spécialisation, la qualité des produits et leur fiabilité.

Kyb se targue notamment d’un taux de garantie de 0,2 % et d’une gamme très large de 5 000 références (couverture de 98 % du parc européen) parmi lesquelles figurent butées et roulements, kits de protection, ressorts et amortisseurs. L'équipementier mise enfin sur son expérience première monte au niveau européen, mais aussi  à l’international (Etats-Unis et Japon) pour relancer la marque à l'aftermarket.

 

Partager :

Sur le même sujet

cross-circle