S'abonner
Pneumaticiens

Point S à un tournant stratégique

Publié le 24 janvier 2022
Par Mohamed Aredjal
4 min de lecture
Après avoir soufflé sa 50e bougie en 2021, Point S amorce un virage important. A l’étroit dans le pneumatique et la maintenance, l’enseigne veut découvrir de nouveaux terrains de jeu, en particulier l’écomobilité. Le réseau lyonnais se dit même prêt à se rapprocher des constructeurs…
Christophe Rollet, directeur général de Point S, se dit ouvert à des partenariats avec les constructeurs. © Point S
Christophe Rollet, directeur général de Point S, se dit ouvert à des partenariats avec les constructeurs. © Point S

L’événement était attendu. Après avoir repoussé les festivités l’an dernier en raison de la situation sanitaire, Point S a enfin pu retrouver son réseau début janvier à Oman pour fêter son 50e anniversaire. Au total, près de 600 personnes ont assisté à ce congrès unique, au cours duquel l’enseigne de pneumaticiens n’a pas manqué de revenir sur les étapes marquantes qui ont jalonné son histoire. L’occasion aussi de revenir sur ses récentes réussites…

Plus grand, plus loin, plus vite

Premier motif de satisfaction : le maillage. En 2021, Point S a franchi le cap symbolique des 600 points de vente dans l’Hexagone. Une vraie satisfaction pour les dirigeants du réseau, qui n’entendent pas s’arrêter en si bon chemin. "Nous comptons aujourd’hui 616 centres mais notre maillage n’est pas optimal. Nous ciblons plus de 230 villes où nous sommes encore absents", confie Christophe Rollet, directeur général du groupe Point S.

En dehors de nos frontières, l’enseigne a aussi poursuivi son développement dans le monde, avec 285 nouveaux adhérents en 2021. Elle a ainsi pris pied dans cinq nouveaux marchés (Albanie, Ukraine, Moldavie, Tunisie et Ghana) et fédère désormais 5 700 sites dans 49 pays. Pas de quoi contenter, là encore, les velléités du pneumaticien qui voit plus grand à l’international. "Nous voulons devenir le premier réseau indépendant nord-américain et accélérer notre progression en Afrique, où nous visons les 200 points de vente en 2023", ajoute Christophe Rollet.

Dans les 8 prochaines années, le dirigeant espère toujours atteindre le seuil des 10 000 centres dans le monde.

Vers les 300 centres S Glass

Autre succès en date : le concept S Glass. Initié dans l’Hexagone en 2019, il a été déployé dans 4 centres dédiés et 149 baies. Une vraie satisfaction pour Point S qui veut désormais passer à la vitesse supérieure, visant les 300 sites dès cette année. "Nous avons déjà 50 projets supplémentaires signés et en cours de réalisation", confie Lionel Haberlé, directeur marketing et stratégie d’enseignes. Pour parvenir ses fins, Point S a renforcé son équipe dédiée à cette activité et prévoit un plan de communication spécifique. Ce dernier inclut la mise en ligne d’un site web consacré au bris de glace ainsi qu’une campagne promotionnelle TV.

Avec S Glass, Point S vise la 2e place du marché de la réparation de bris de glace à terme. © Point S

Avec S Glass, Point S vise la 2e place du marché de la réparation de bris de glace à terme. © Point S

Christophe Rollet ne cache pas ses ambitions : il veut faire de S Glass le numéro deux du secteur, derrière le leader Carglass. "Nous avons déjà un maillage pour assurer ce développement et, vis-à-vis de la concurrence, nous bénéficions aussi d’une forte notoriété et d’un flux entrant dans nos centres sur lesquels nous comptons capitaliser", souligne le dirigeant. Pour assurer le développement de son concept, Christophe Rollet n’exclut pas non plus de se tourner vers les assureurs. "Pour le moment, nous avons fait le choix de nous passer des agréments, mais nous y réfléchirons lorsque nous aurons un maillage national."

Ajoutons que Point S espère également déployer rapidement cette nouvelle activité sur ses autres marchés internationaux.

Ecomobilité, le 6e concept de Point S

Fortes du succès de S Glass, les équipes Point S veulent désormais accélérer la diversification du réseau. Si le pneumatique reste aujourd’hui un pilier fort dans sa stratégie de développement, avec un chiffre d’affaires en hausse de 20 % par rapport à 2019, l’enseigne va élargir une nouvelle fois son périmètre d’activité avec son concept Ecomobilité. Ce programme repose sur la vente et la maintenance de deux-roues électriques (trottinettes, vélos et scooters).

Le nouveau concept Ecomobilité a été testé en 2021 dans les centres Point S à l’Aigle (61) et Saint Maur des Fossés (94). © Point S

Le nouveau concept Ecomobilité a été testé en 2021 dans les centres Point S à l’Aigle (61) et Saint Maur des Fossés (94). © Point S

Pour proposer aux adhérents un service clé en main, Point S s’est associé au groupe sarthois Revi, spécialiste de la micromobilité. Les adhérents disposeront ainsi d’un catalogue de produits variés et de formations techniques spécifiques. Un plan de communication et marketing sont également à l’ordre du jour aider le réseau à prendre pied sur ce marché porteur, estimé à 1,2 milliard d’euros. "C’est un marché en pleine croissance mais peu structuré avec quelques acteurs plus ou moins connus. Il y a une place à prendre", estime Joël Arandel, directeur des opérations de Point S.

Présenté officiellement lors de la convention, à Oman, le concept Ecomobilité a déjà séduit 68 points de vente.

Point S prêt à se rapprocher des constructeurs

Engagé dans une ambitieuse diversification de ses activités, Point S n’en oublie pas pour autant ses premières amours. Face à un marché automobile bouleversé par l’électrification du parc roulant, le réseau assiste avec intérêt à l’émergence des nouveaux constructeurs. "Nous considérons l’arrivée de l’électrique comme une très bonne chose et nous sommes témoins des changements profonds chez les constructeurs", précise Christophe Rollet.

Alors que les accords entre réseaux multimarques et néo-constructeurs semblent se populariser depuis quelques mois (à l’instar du partenariat entre Feu Vert et Aiways ou celui de Speedy et Fisker), le directeur général se dit ouvert à ce type d'alliance et entend mener prochainement des discussions dans ce sens… Et pour préparer la voie à ces rapprochements, Christophe Rollet a mis en œuvre un vaste plan de formation pour généraliser l'habilitation électrique dans ses centres. Objectif : faire de Point S le plus grand réseau européen certifié sur l’entretien des véhicules électrifiés d’ici à 2026.

Partager :

Sur le même sujet

cross-circle