S'abonner
Services

Représentativité : ça bouge pour la branche des services de l'automobile

Publié le 15 juillet 2021
Par Nicolas Girault
2 min de lecture
Dans la branche des services de l’automobile, la dernière mesure d’audience de la représentativité patronale marque quelques changements à sa tête. A commencer par un renouveau de la FFC, de retour en commission paritaire.
Sous l'autorité de son ministère de tutelle, la direction générale du Travail doit encore valider les mesures d'audience avant de les officialiser à la rentrée.
Sous l'autorité de son ministère de tutelle, la direction générale du Travail doit encore valider les mesures d'audience avant de les officialiser à la rentrée.

Au regard des résultats de la représentativité patronale publiés le 6 juillet dernier par le Haut conseil du dialogue social, si le CNPA et la FNA maintiennent leurs positions, l’U2M éclipse l’Asav au sein de la commission paritaire.

Autrement dit, l’union du SPP (professionnels du pneumatique), de la FFC (carrossiers et autres services) et de l'Unidec (auto-école) leur permet de dépasser les 8 % d’audience (soit d’entreprises adhérentes, soit de salariés employés par ces mêmes entreprises) fixés pour représenter la branche services automobiles auprès des pouvoirs publics et bénéficier financièrement du fond paritaire pour le dialogue social.

Mesure d’audience 2021 des syndicats patronaux

de la branche services automobile

Organisme Nombre d'entreprises Audience entreprises Nombre de salariés Audience salariés Nombre d'entreprises employant au moins 1 salarié Nombre d'entreprises employant moins de 11 salariés
CNPA 13 576 67,53 % 210 337 76,81 % 11 272 0
U2M (FFC, SPP et Unidec) 2 938 14,61 % 33 821 12,35 % 2 611 2 402
FNA 3 590 17,86 % 29 682 10,84 % 3 115 2 958

Parallèlement, l’alliance entre SNCTA (contrôle technique automobile), Unidec, SPP et FNCRM (deux-roues) n’a pas été reconduite. La FNCRM ayant notamment intégré les rangs du CNPA entretemps. Tandis que l’Asav est devenue l’Apam, renforcée par la Feda et la FNA.

Mais l’évènement notable de ces manœuvres reste le retour de la FFC Mobilité et services parmi les organisations patronales officiellement reconnues pour participer aux débats sur leur filière avec les pouvoirs publics…

La FFC, ouverte à d’autres métiers et alliée aux pneumaticiens

On se souvient que lors de la mise en place du dispositif de représentativité patronale en 2017 (dans le cadre de la loi Travail du 8 août 2016), la FFC avait été reconnue comme étant représentative, avec un score de 13,6 % des salariés (en cumulant ses branches réparateurs, carrossiers industriels et équipementiers). Avant de se faire finalement retoquer par la direction générale du Travail. En fin d'année, celle-ci avait alors ramené son audience à 3,03 %.

Pendant les quatre ans de traversée du désert qui ont suivi, la fédération a néanmoins pu compter sur l’apport des salons Solutrans et Equip Auto dont elle est actionnaire pour conserver son indépendance financière. Tandis que le syndicat historique des carrossiers a aussi ouvert ses bras à d’autres services après-vente et noué son alliance avec le SPP. Enfin, il a aussi pu maintenir un dialogue ponctuel avec les pouvoirs publics sur certains sujets.

Evolution de la représentativité patronale entre 2017 et 2021

Organisation Adhérents

(2017)

Représentativité patronale

(2017)

Adhérents

(2021)

Représentativité patronale

(2021)

CNPA

13 689 71,91 % 13 576 67,53 %

FNA

2 767 14,54 % 3 590

17,86 %

Asav

(SNCTA, Unidec, SPP et FNCRM)

2 003 10,52 %

FFC

576 3,03 %

U2M

(FFC, SPP et Unidec)

2 938

14,61 %

Contacté au sujet cette dernière mesure d’audience, la FFC n’a néanmoins pas souhaité s’exprimer pour l’instant. Prudente, l’organisation préfère attendre la publication officielle de la décision finale en septembre avant de pavoiser.

Parallèlement, les résultats de ce comptage marquent une hausse de la représentativité du FNA – passant de 14,54 % à 17,86 % – dont le syndicat se félicite. Le CNPA connaît, de son côté, une légère baisse passant de 71,91 % à 67,53 %. L'organisation professionnelle conserve néanmoins son droit de veto en commission paritaire, détenu à partir de la barre des 50 %.

Partager :

Sur le même sujet

cross-circle