S'abonner
Non classé

Faurecia regarde vers l’intérieur

Publié le 14 février 2014
Par Romain Baly
4 min de lecture
Des couleurs, des sensations et de la connectivité. L’intérieur de nos véhicules continue d’évoluer à un rythme effréné bien aidé par l’imagination débordante d’équipementiers tels que Faurecia. Le numéro un mondial du genre nous présente ses dernières innovations.
Parmi les dernières réalisations de Faurecia figure l’habitacle du nouveau C4 Picasso.
Parmi les dernières réalisations de Faurecia figure l’habitacle du nouveau C4 Picasso.

Et si la voiture de “Monsieur Tout le monde”, cette fameuse guimbarde passe-partout capable d’appartenir à Madame X comme à Monsieur Y, était en voie de disparition ? A l’heure où tous les projecteurs sont braqués sur le développement de motorisations plus respectueuses de l’environnement, un autre sujet bien moins écolo s’installe pourtant à pas de loup chez tous les acteurs du secteur automobile. Derrière le phénomène du “zéro émission” se cache une autre tendance qui force peu à peu l’habitacle à se caler sur des standards de présentation beaucoup moins impersonnels et beaucoup plus connectés qu’auparavant. Une tendance développée par des conducteurs qui apprécient désormais de rouler dans un intérieur qui leur ressemble et qui correspond à leurs besoins. Cette nouvelle appétence faisant, constructeurs et équipementiers se sont lancés dans une course effrénée à la modernité pour trouver de nouvelles solutions et proposer des concepts toujours plus innovants. En premier lieu desquels les éléments de décoration synonymes d’exclusivité pour l’automobiliste. Pendant longtemps limité aux sièges et aux couleurs de l’habitacle, ce domaine a été largement revu, comme le souligne Sébastien Maigret, manager décoration Intérieur de Faurecia : “On constate depuis quelque temps que la superficie et le nombre de pièces décorées dans l’habitacle sont en très large hausse.” Planches de bord, panneaux de portes, consoles centrales, poignées et même contours d’aération, tous les éléments y passent. Si la tendance n’est pas nouvelle, celle-ci se démocratise et touche désormais “tous les segments et tous les types de véhicules”, selon Sébastien Maigret. Grâce à une technologie assez novatrice de moulage par insertion de film, il est aujourd’hui possible de jouer sur les matières (bois, aluminium, plastique) et les couleurs, mais aussi de multiplier les effets, et ce, sur des éléments toujours plus petits.

Plus éclairer pour mieux décorer

Embossé, grainé, nervuré, l’intérieur est désormais personnalisable à l’infini ou presque. Dans le cas du bois chez Faurecia, par exemple, le choix peut se faire entre 40 essences disponibles en plusieurs finitions (mate, laquée, texturée). Plus que sur les différences de toucher que présentent les derniers modèles, c’est surtout sur l’insertion de la lumière dans l’habitacle que travaillent les équipementiers. Une lumière décorative qui s’intègre désormais partout à l’intérieur du véhicule. Faurecia a ainsi développé des panneaux de portes qui, par un jeu de LED invisibles à l’œil nu, s’éclairent une fois les phares allumés pour animer l’habitacle. Une technique somme toute assez proche de ce qui se fait déjà dans l’Opel Adam avec un toit “étoilé”, mais qui peut ainsi s’exporter partout dans l’habitacle, toujours dans l’optique de multiplier les possibilités. Dans le même esprit, les ingénieurs de la filiale de PSA travaillent également sur l’animation des surfaces inexploitées. Alors qu’aujourd’hui la plupart des planches de bord présentent des surfaces planes et inanimées, l’intégration de la technologie DécoLight leur permettra, dans le futur, de proposer de la lumière et des décorations visibles sur demande ou sur activation des phares.

Parallèlement au style de l’habitacle, l’autre sujet qui passionne l’industrie automobile concerne la connectivité embarquée. Sur un marché en pleine expansion qui devrait quadrupler d’ici 2020, Faurecia, comme d’autres, a bien cerné tout le potentiel et l’intérêt de ce sujet. Mais aussi ses limites. Naviguant à contre-courant de la tendance actuelle, l’équipementier a ainsi développé un système améliorant l’intégration d’appareils nomades. Des outils (smartphone, tablette) désormais omniprésents dans notre quotidien et qui offrent pourtant les mêmes applications que des systèmes embarqués. Partant de ce constat, Faurecia a mis au point une solution économique et ergonomique qui évite les doublons. Installée sur la console centrale, cette station d’accueil est équipée d’un système autobloquant pouvant accueillir et recharger smartphones et tablettes (8 pouces maximum).

Le smartphone au centre de tout

Bête comme chou, cette innovation pourrait très bien prendre place dans des gammes low cost ou sur des premiers niveaux de finition pour offrir une solution connectée à des petits budgets. Dans une optique similaire, Faurecia a également développé, avec son partenaire Magneti Marelli, le premier écran tactile rétractable. Equipée d’un iPad, cette innovation peut recevoir un système embarqué ou nomade tout en préservant l’aspect esthétique et épuré de certaines consoles centrales. Parallèlement, l’équipementier travaille aussi sur le développement de solutions de chargement sans fil. Sur un marché là encore prospère (qui devrait être multiplié par 50 d’ici 2016), Faurecia colle aux nouveaux standards. Dans une connectivité en voie de dématérialisation, impossible d’imaginer un chargement câblé, d’autant plus lorsque l’on tente d’améliorer cette fameuse interface homme/machine. Faurecia a donc créé le WiCharge, une station d’accueil et de recharge qui s’intègre très facilement à l’intérieur d’un habitacle. Développée avec Philips, cette innovation prend place sous la console centrale sur les premiers segments de véhicules, ou dans des endroits plus discrets tels que la boîte à gants ou l’accoudoir sur les segments plus élevés. Facile d’utilisation, il peut également être interfacé avec le système en place et offre des pistes d’innovations extrêmement larges pour l’avenir. Au vu de l’importance grandissante jouée par le smartphone, il est tout à fait envisageable de voir ce dernier devenir le prochain cerveau du véhicule en servant, par exemple, de clé de contact, en intégrant toute une série de préréglages et en jouant un rôle d’intermédiaire entre le conducteur et son auto. En plein boom, le développement de nos habitacles semble infini.
 

---------------
L’habitacle, de plus en plus écolo

Si certains s’attellent à mettre au point des motorisations respectueuses de l’environnement, d’autres s’attachent à développer des habitacles plus sains, plus légers et moins dépendants des ressources pétrolières. Engagé depuis sept ans maintenant dans ce processus, Faurecia a réussi à mettre au point différentes technologies permettant d’améliorer sensiblement l’empreinte écologique des matériaux. Deux d’entre eux, le NAFILean et le LignoLite, associent des fibres naturelles (fibres de chanvre dans le premier cas, fibres de bois dans le second) à des composants pétroliers pour permettre de diminuer sensiblement le poids des pièces, qu’elles soient créées par injection ou par compression. Utilisé dans la nouvelle Peugeot 308, le NAFILean offre un gain de poids de 20 à 25 % par rapport aux pièces standard alors que le LignoLite permet d’alléger de 45 % la structure d’un panneau de porte, par exemple. Aussi innovants soient-ils, ces matériaux ne constituent qu’une étape intermédiaire vers des technologies entièrement “vertes”. Celle-ci pourrait être franchie très prochainement avec le BioMat, déjà au point mais dont l’utilisation n’est prévue que pour 2016. Intégrant du PBS (polybutylène succinate optimisé), le BioMat est un produit 100 % naturel qui, associé à des fibres elles-mêmes naturelles, se veut entièrement éco-responsable et totalement indépendant de l’industrie pétrolière. En attendant les débuts de son innovation, l’équipementier se penche déjà sur la tendance du futur : la fibre visible, comme il le décrit. Parce que la cause écologique progresse auprès du grand public et devient aussi un phénomène de mode, Faurecia travaille à l’intégration sur la planche de bord de matières naturelles visibles à l’œil nu, de sorte à donner un effet supplémentaire à ses produits.

Partager :

Sur le même sujet

cross-circle