S'abonner
Distribution

IDLP franchit le cap des 200 millions d’euros de chiffre d’affaires

Publié le 23 juin 2022
Par Mohamed Aredjal
2 min de lecture
Profitant de la reprise post-Covid, le groupe IDLP a vu son chiffre d’affaires s’élever à 200 millions d’euros en 2021. Le distributeur familial a su capitaliser sur sa stratégie de stockage et sa croissance externe pour affirmer son leadership dans la rechange automobile hexagonale.
Pour Fabrice Godefroy, président d’IDLP, les capacités de stockage du groupe sont un véritable atout dans le contexte actuel.
Pour Fabrice Godefroy, président d’IDLP, les capacités de stockage du groupe sont un véritable atout dans le contexte actuel.

Rien ne semble pouvoir freiner l’ascension d’IDLP. Pas même les turbulences économiques de la crise sanitaire. Malgré une conjoncture délicate pour la rechange automobile, le groupe de distribution francilien a enregistré une nette progression de son chiffre d’affaires l’an dernier, à 200 millions d’euros (+19 % par rapport à 2020). Une surprise, de l’aveu de son président, Fabrice Godefroy, qui n’avait pas fait de ce seuil un objectif stratégique.

Je peux même dire qu’il y a deux ans, lorsque la pandémie a frappé, nous étions assez inquiets pour notre activité. Je n’aurais jamais pu prédire que nous parviendrons si rapidement à ces résultats malgré la crise sanitaire, la guerre, etc. D’autant que notre chiffre d’affaires avait légèrement régressé l’exercice précédent.

Pour justifier cette performance, le dirigeant met en avant plusieurs facteurs, dont ses dernières acquisitions qui lui permettent de jouir désormais d’une dimension nationale. "Cette croissance est avant tout dû à notre nouvelle dimension nationale, c’est certain. Nous sommes présents dans la quasi-majorité des grandes villes du pays avec nos plateformes et nos sociétés techniques (BEAD, DR, etc.). De plus, nous avons réalisé ces dernières années plusieurs acquisitions qui ont accéléré cette progression. Je pense notamment à PAP Sud à Toulouse, Marseille et Lyon", confirme Fabrice Godefroy.

Le stock, un atout précieux pour IDLP

Autre raison, plus conjoncturelle, qui peut expliquer la progression d’IDLP : ses larges capacités de stockage. Dans un marché où les taux de services des équipementiers peinent à retrouver leurs niveaux d’avant crise, le distributeur a capitalisé sur son rôle de "dépanneur" pour élargir sensiblement sa base de clients.

C’est le stock qui fait la différence. Nous nous en sommes rendu compte encore cette année avec les pénuries observées sur le marché et des disponibilités dégradées chez certains fournisseurs… Nous avons dépanné un grand nombre d’acteurs du secteur. Notre spectre de clients s’est élargi tous les mois. Nous avons notamment travaillé avec des acteurs qui n’étaient pas forcément des clients naturels pour IDLP, issus par exemple d’autres groupements. Notre stratégie de stockage mise en place depuis quelques années a clairement été un atout dans le contexte actuel

Afin de poursuivre ses activités dans les meilleures conditions, IDLP a d’ailleurs dû déménager sa plateforme PAP Est à Nancy (54) dans un bâtiment plus important. Le groupe a également décidé d’agrandir le second site de la plateforme de Fresnes (94), ainsi que le centre PAP Sud à Vitrolles (13). Ajoutons qu'IDLP : Ouest Injection ouvre un nouveau site à Cholet.

IDLP tourné vers demain

Ces bons résultats vont aider le distributeur à préparer l’avenir. Aux côtés du groupement qu’il a cofondé, Alternative Autoparts, IDLP veut effectivement s’armer pour faire face aux nombreux défis que devra relever la profession (électrification du parc, ZFE, économie circulaire, etc.). Un enjeu d’autant plus crucial dans un marché où les incertitudes restent nombreuses.

"Le parc roulant reste important même s’il évolue fortement. Nous devons donc accompagner cette transformation. Electrification, connectivité, conduite autonome… ce sont des virages que nous ne devrons pas rater et des investissements importants auxquels nous devons nous préparer, aussi bien en termes d’hommes que de matériels. Mais le plus difficile, c’est le manque de visibilité : il faut prendre des décisions importantes face à un avenir qui reste flou", conclut Fabrice Godefroy.

 

Retrouvez l’interview de Fabrice Godefroy, président d’IDLP, dans le J2R n°125, spécial "Palmarès de la distribution".

Partager :

Sur le même sujet

cross-circle