S'abonner
Equipementiers

Aisin franchit un cap en France

Publié le 4 avril 2022
Par Mohamed Aredjal
3 min de lecture
Fort d’une nouvelle organisation, Aisin passe à la vitesse supérieure sur le marché de l’après-vente. L’équipementier a sensiblement renforcé son portefeuille de produits tout en développant un nouveau service de remanufacturing de BVA avec Stellantis.
De g. à d. : Renaud de Meyer, senior business développer aftermarket, François Duhem, responsable commercial France, et Tanguy Brohée, responsable marketing d’Aisin Europe.
De g. à d. : Renaud de Meyer, senior business développer aftermarket, François Duhem, responsable commercial France, et Tanguy Brohée, responsable marketing d’Aisin Europe.

Officialisé l’an dernier, le rapprochement d’Aisin Seiki et Aisin AW a donné un nouvel élan à l’équipementier japonais dans sa stratégie aftermarket. Grâce à cette fusion, Aisin Europe Aftermarket est responsable de l’ensemble du portfolio du groupe sur ses marchés. Une plus forte autonomie qui s’est concrétisée par plusieurs initiatives déployées ces derniers mois autour de ses trois marques : Advics, ART et Aisin.

Aisin veut développer son service remanufacturing

Le premier fabricant de transmissions automatiques s’est, tout d’abord, illustré par son partenariat noué l’an dernier avec Stellantis pour la réparation de boîtes de vitesses automatiques (BVA). En vertu de cet accord, Aisin prend en charge les demandes de remanufacturing émises par les membres des différents réseaux (Peugeot, Citroën, etc.) du constructeur sur ses différents marchés européens.

Lors de la remise à neuf des BVA, les équipes d’Aisin changent systématiquement les pièces et accessoires soumis à usure tandis que les autres organes sont diagnostiqués et remplacer si nécessaire. ©Aisin

Lors de la remise à neuf des BVA, les pièces et accessoires soumis à usure sont systématiquement changés tandis que les autres organes sont diagnostiqués et remplacer si nécessaire. ©Aisin

Initié en France et en Belgique en juin dernier, ce service s’appuie sur une plateforme en ligne à partir de laquelle les concessionnaires et agents du groupe Stellantis peuvent réaliser leur demande. Après diagnostic, les BVA sont remises à neuf dans un délais de 7 jours ouvrables.

Conscient que le parc roulant équipé de BVA ne cesse de croître, Aisin veut aujourd’hui accélérer cette activité. Le groupe espère multiplier par 10 le volume de boîtes remanufacturées sur le marché français où il réalise actuellement 80 % de son activité.

L’industriel nippon veut aussi élargir le champ d’action de son service de remanufacturing en l’étendant à d’autres pièces comme l’embrayage ou encore les convertisseurs de couple.

Des disques de freinage chez Advics

Autre priorité dans la stratégie aftermarket d’Aisin : l’extension de ses gammes de produits. A commencer par la famille freinage, désormais commercialisée sous la marque Advics. Depuis janvier, la gamme a intégré une ligne de 127 références de disques (couvrant 70 % du parc français), qui manquait à son offre. Désormais, le catalogue Aisin compte 1 000 références en freinage. "Nous avons de fortes ambitions, annonce François Duhem, responsable commercial France. Aisin est un des seuls systémiers au monde sur cette gamme de produits, avec une offre allant de la pédale jusqu’à la friction."

Présentée lors d’Equip Auto On Tour, la gamme embrayage du groupe – qui représente 75 % de ses ventes – a également été renforcée avec 84 nouvelles références, notamment de kits de conversion double disque. "Notre ambition est de couvrir 80 % du parc européen. Nous sommes devenus grâce à cette offre une véritable alternative sur l’embrayage", affirme François Duhem.

Parmi les autres nouveautés du catalogue Aisin, notons également l’intégration des pistons ART. Développée à partir de matériaux à haute résistance, cette gamme compte précisément 1 657 références.

Une inflation contenue

Pour donner suite à la fusion, un nouveau packaging a été lancé depuis mars 2021. Il assure la cohérence entre les différentes marques et familles de produits du groupe. ©Aisin

Pour donner suite à la fusion, un nouveau packaging a été lancé depuis mars 2021. Il assure la cohérence entre les différentes marques et familles de produits du groupe. ©Aisin

Fort de cette stratégie produits dynamique, Aisin poursuit son développement en France où son réseau de distribution s’est renforcé ces derniers mois. "Nous avons noué des accords pour des protocoles de référencement avec Autodistribution et Autolia. Nous franchissons une nouvelle étape, c’est la récompense du travail accompli en France", confie François Duhem.

Mais pas question pour ce dernier de s’arrêter en si bon chemin. Pour séduire de nouveaux distributeurs, le responsable commercial veut capitaliser sur l’exhaustivité de son catalogue ainsi que sur la performance de son outil industriel et logistique. Alors que de nombreux équipementiers peinent à maintenir leur taux de service, le groupe japonais se félicite d’avoir su limiter l’impact de la crise sanitaire et de la pénurie des matières premières sur son activité. "Nous avons pu profiter des déficiences de certains confrères", glisse François Duhem.

Aisin peut aussi se targuer d’avoir su freiner les effets de l’inflation sur sa politique tarifaire. "L’an dernier, nous avons augmenté nos prix que de 4 % en juillet dernier. En janvier 2022, tous nos concurrents ont réévalué leurs tarifs à la hausse. Ce n’est pas notre cas…", assure François Duhem.

Partager :

Sur le même sujet

cross-circle